Actualisé 03.09.2019 à 23:10

EnergieVerdir les cargos va faire bondir les prix à la pompe

Des dizaines de milliers de navires devront utiliser des carburants moins polluants dès 2020, ce qui aura un impact pour les consommateurs.

La hausse du coût du transport maritime pourrait aussi se répercuter sur les prix des marchandises.

La hausse du coût du transport maritime pourrait aussi se répercuter sur les prix des marchandises.

AFP

«Ça va être un chamboulement jamais vu sur le marché des produits pétroliers», prédit l'Agence internationale pour l'énergie. En cause: une nouvelle norme décidée par l'Organisation maritime internationale pour le fioul utilisé dans le transport maritime. Dès le 1er janvier prochain, la teneur en soufre devra être ramenée à 0,5%, contre 3,5% actuellement, afin de limiter les émissions hautement toxiques des quelque 80'000 navires qui sillonnent les mers du globe. Le secteur est en effet responsable d'environ 400'000 décès prématurés et de 14 millions de cas d'asthme infantile par an.

Au total, 3 millions de barils par jour devront satisfaire cette nouvelle norme, estime un expert. Le transport maritime en utilise 3,6 millions par jour, mais 600'000 barils devraient toujours être brûlés quotidiennement par des navires équipés d'épurateurs de gaz d'échappement. Une technique autorisée, mais coûteuse.

Les carburants moins polluants sont «deux fois plus chers, mais ils pourraient l'être encore plus avec la demande qui augmente», juge une analyste. Ce n'est pas la seule conséquence. Les prix d'autres carburants partiront à la hausse, comme l'essence et le diesel des voitures, ainsi que le kérosène des avions. Car les raffineries qui produiront ce diesel marin auront besoin de brut à faible teneur en soufre. «Le baril de Brent pourrait atteindre 70 dollars à la fin de l'année, contre 60 aujour­d'hui», calcule un expert. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!