Actualisé 09.05.2007 à 14:39

Verka, la drag-queen ukrainienne qui fait grincer quelques dents

KIEV - Verka Serdyoutchka, qui représentera son pays à l'Eurovision, se présente souvent comme une simple paysanne qui réalise le rêve de sa vie.

Mais tous ses compatriotes ne sont pas tombés sous le charme de cette drag-queen extravagante qui représentera Kiev à l'Eurovision, dont la finale sera disputée le 12 mai à Helsinki.

Un car entier de manifestants ukrainiens compte l'y attendre: ils dénoncent la mauvaise image que donne selon eux Verka des habitants de l'ancienne république soviétique, qui seraient présentés comme des paysans informes habillés comme des sacs de patates.

«Les gars, on va pas se disputer», répond Verka, de son vrai nom Andriy Danilko, qui commence à s'agacer. Le comédien de 33 ans, qui s'habille en homme lorsqu'il quitte son personnage de chanteuse, se dit «écoeuré» par les critiques.

Il a été élu en mars par le public pour représenter Kiev et trouve que certains de ses compatriotes prennent son personnage et le concours de l'Eurovision, grand rendez-vous annuel des amateurs de variété kitsch, un peu trop au sérieux. «On va danser: c'est le message que Serdyoutchka envoie à l'Europe.»

Cela fait dix ans que Andriy Danilko a mis au point sa créature, dans l'esprit d'une longue tradition soviétique de comiques travestis. Dans toute l'ex-URSS, il a connu un franc succès avec ses chorégraphies sautillantes, ses formes rebondies enveloppées dans des tenues colorées, son maquillage appuyé, ses bijoux clinquants et son béret en strass.

Le personnage de Verka, plein d'autodérision, se moque de son physique ingrat et sa carrure imposante et rêve de rencontrer l'homme de sa vie: «pour les beautés, tout va bien, tout le monde les aime... Mais moi, je suis moche. Elles roulent en voiture, et moi en métro.» «C'est une Cendrillon ukrainienne», résume Andriy Danilko.

Mais Olexander Lirtchouk, un DJ de Kiev, ne trouve pas ça drôle. Sa radio Europa-FM a lancé le mouvement anti-Verka, arguant que l'Ukraine devrait envoyer à l'Eurovision un groupe qui représente les jeunes talents ukrainiens. Il a réuni une dizaine de manifestants pour brûler une effigie de Verka et compte poursuivre les manifestations à Helsinki. «Serdyoutchka, c'est de mauvais goût», dit-il. Et il montre la svelte Ioulia Vladina, sa co-DJ: «regardez, ça c'est une vraie Ukrainienne.»

D'autres jugent au contraire, que Verka a beaucoup plus de chances de gagner le concours de chant européen et de séduire les spectateurs des 42 pays qui y participent. «Serdyoutchka correspond à 100% à l'Eurovision».

(ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!