17.03.2016 à 12:06

InitiativeVers un «non» au texte sur l'efficacité électrique

L'initiative qui veut une stabilisation en 2035 de la consommation de courant au niveau de l'année 2011 a été reçue fraîchement au National.

Selon les initiants, un tiers du courant électrique produit dans le pays est perdu.

Selon les initiants, un tiers du courant électrique produit dans le pays est perdu.

photo: Keystone

L'initiative pour une efficacité électrique est mal partie au Parlement. Lors du débat jeudi au National, seuls les Verts, le PS et le PVL la soutiennent. Déposé en 2013, le texte veut une stabilisation en 2035 de la consommation de courant au niveau de l'année 2011.

L'initiative «pour un approvisionnement en électricité sûr et économique» veut lutter contre le gaspillage du courant, a rappelé Beat Jans (PS/BS).

Le potentiel est énorme. Selon les initiants, un tiers du courant électrique produit dans le pays est perdu. Il serait dès lors possible d'économiser 19 TWh par an, surtout en matière d'éclairage et dans l'utilisation par les industries. La consommation en 2035 devrait ainsi être stabilisée au niveau de celle de 2011, soit à 58,5 milliards de térawatt-heures (TWh). Cet objectif doit être ancré dans la constitution.

Erreur, selon Yannick Buttet (PDC/VS). Selon lui, il n'est pas judicieux d'inscrire des objectifs concrets dans la constitution. Ils ont leur place dans une loi. L'initiative se concentre en outre uniquement sur le secteur électrique alors que la Stratégie énergétique 2050, en discussion actuellement au Parlement, englobe l'ensemble de la production d'énergie, a ajouté Peter Schilliger (PLR/LU).

Objectifs communs

Cette Stratégie prône également un recul de la consommation moyenne finale d'énergie. Par personne et par an, la baisse par rapport à l«an 2000 devrait atteindre 16% d'ici 2020 et 43% d'ici 2035, a rappelé Christian Wasserfallen (PLR/BE). L'initiative n'est pas compatible avec cet objectif, selon lui.

Les initiants estiment au contraire que leur texte vise le même but que la Stratégie. Ils décideront à la fin du débat sur cette dernière s'ils retirent leur initiative. Mais pour l'heure, les récentes décisions prises par le Parlement sur la Stratégie énergétique 2050 ne sont pas satisfaisantes, estime Roger Nordmann (PS/VD).

Le principe du bonus-malus pour récompenser les sociétés qui s'efforcent d'économiser l'énergie a été abandonné, a rappelé le Vaudois. Sans aucune mesure concrète pour encourager l'efficacité électrique, l'initiative en devient plus nécessaire que jamais.

Maintenir la pression

Pour Bastien Girod (Verts/ZH), il y a un potentiel énorme à exploiter notamment auprès des petits consommateurs. «Notre capacité d'innovation en profiterait directement», a-t-il lancé en citant l'exemple de la «smart home».

Quelques dissidents de droite, tels Urs Gasche (PBD/BE) ou Markus Hausammann (UDC/TG), estiment que l'initiative a déjà eu des effets bénéfiques sur la Stratégie énergétique 2050. Mais pour exiger des mesures plus concrètes, ils estiment dès lors opportun de maintenir cette initiative.

L'initiative, soutenue en son temps par tous les partis, avait obtenu un beau succès d'estime: elle avait récolté plus de 128'000 signatures en sept mois.

Le débat se poursuit. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!