Actualisé 15.03.2009 à 09:30

OPEPVers un statu quo ou une modeste baisse de production

La réunion de l'Opep dimanche à Vienne devrait déboucher sur un appel à mieux respecter les baisses de production décidées fin 2008 ou aboutir à une modeste réduction de la production.

Tandis que la demande décline et que les prix sont loin des 75 dollars voulus par les producteurs.

Le ministre saoudien du pétrole, Ali al-Nouaïmi, chef de file du cartel, a déclaré que le marché n'était pas encore à l'équilibre et a plaidé en faveur d'un respect «aussi élevé que possible» des quotas de production. Seuls les ministres algérien et irakien se sont nettement exprimés en faveur d'une baisse de la production.

Le suspense reste donc entier sur les intentions de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) qui pompe 40% de l'or noir dans le monde. Seule certitude, le cartel devrait appeler ses membres à respecter très strictement leurs quotas de production respectifs pour tenir les engagements pris fin 2008.

Depuis septembre, l'Opep a décidé de retirer du marché 4,2 millions de barils par jour (mbj) afin d'enrayer l'effondrement des cours du brut. Le plafond actuel, pour 11 des 12 pays membres (l'Irak n'est pas soumise à des quotas), est fixé à 24,84 mbj.

Selon l'Agence internationale de l'énergie, l'Opep dépasserait encore de près d'1 mbj cet objectif. Les baisses de production décidées fin 2008 ont permis d'enrayer le déclin des prix mais, à quelque 45 dollars le baril, ils restent toutefois loin de l'objectif de 75 dollars voulu par le cartel.

L'Organisation s'inquiète du déclin de la consommation d'or noir, frappée de plein fouet par la crise économique la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle estime que, cette année, la demande mondiale de pétrole devrait reculer de 1 mbj par rapport à 2008. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!