Formation: Vers une hausse des cotisations à l'EPFL?
Actualisé

FormationVers une hausse des cotisations à l'EPFL?

La mesure pourrait s'inscrire dans la volonté affichée du Conseil fédéral qui veut réduire la hausse des charges dans les hautes écoles .

Fritz Schiesser, président du Conseil des EPF, songe sérieusement à augmenter les frais d'études.

Fritz Schiesser, président du Conseil des EPF, songe sérieusement à augmenter les frais d'études.

photo: Kein Anbieter/Adrian Moser

Le président du Conseil des Ecoles Polytechniques Fédérales (EPF) met en garde: avec la volonté de la Confédération de réduire les coûts, les étudiants pourraient bien être mis à contribution.

Parmi les différents scenarii dont discutent les hautes écoles figure en effet une augmentation des frais d'études, reconnait Fritz Schiesser dans une interview parue mercredi 20 janvier dans le Tages-Anzeiger.

2000 francs par an?

Actuellement un étudiant d'une EPF doit débourser environ 100 francs par mois. «Mais je peux tout à fait m'imaginer une augmentation des cotisations annuelles de 1300 francs à 2000 francs à l'avenir», déclare Fritz Schiesser. Qui rappelle que la dernière véritable hausse de ces charges remonte à près de 20 ans.

Ce dernier se refuse également à faire une différence entre étudiants suisses et étrangers, contrairement à ce que préconise le Conseil fédéral qui veut inclure cette possibilité dans la révision de la loi sur les EPF. Dans les faits, un étudiant étranger pourrait payer trois fois plus que son homologue suisse mais c'est le Conseil des EPF qui a le dernier mot sur le montant des frais d'étude exigé.

Limiter la hausse des dépenses

La volonté d'économies du Conseil fédéral se traduit également par le report ou l'annulation d'investissements. Ainsi que des redimensionnements. Les institutions relevant du Conseil des EPF sont actives dans 13 cantons et Fritz Schiesser veut réduire cette présence. «Cela ne va malheureusement pas plaire à tous les cantons», reconnaît le président quant à de possibles fermetures.

Les dépenses annuelles des deux EPF et quatre institutions de recherche atteignent 3,2 milliards de francs. Selon M. Schiesser, les institutions ont besoin dune hausse de 2,5% pour pouvoir maintenir la qualité, et, entre autre, afin de d'absorber le nombre croissant d'étudiants. Le Conseil fédéral par contre, avec son programme d'économies annoncé en novembre 2015, veut limiter la progression du tout le domaine de la formation, recherche et innovation en Suisse à 2,2%.

La répartition de l'Encouragement de la formation, de la recherche et de linnovation 2017-2020 doit être décidée ces prochaines semaines. Le Parlement doit encore donner son aval mais les EPF auront également à défendre leurs positions face aux universités cantonales, sans oublier les écoles et formations professionnelles.

(NewsXpress)

Ton opinion