Actualisé

Centrales nucléairesVers une limite de la durée d'exploitation

La commission de l'énergie du Conseil national veut limiter à 50 ans la durée d'exploitation des centrales nucléaires.

A une courte majorité, la commission de l'énergie du Conseil national a adopté mardi une motion pour limiter la durée des centrales à 50 ans, alors qu'actuellement une centrale peut être exploitée pour une durée illimitée tant que sa sécurité est garantie.

La motion a été acceptée par 12 voix contre 10 et une abstention, ont indiqué les services du Parlement. Elle prévoit que les exploitants d'une centrale en service depuis 40 ans doivent soumettre aux autorités chargées de la sécurité nucléaire un concept d'exploitation propre à garantir une exploitation sûre pour dix années supplémentaires au plus.

L'octroi ou non d'un permis sera examiné sur cette base. La motion charge le Conseil fédéral d'élaborer une solution en ce sens dans le cadre de la Stratégie énergétique 2050, qui prévoit l'abandon progressif du nucléaire. Une minorité de la commission, qui veut maintenir l'exploitation illimitée des centrales, rejette le texte.

Selon le droit actuel, les centrales, pour se voir accorder une autorisation d'exploitation, doivent uniquement satisfaire à des exigences en matière de sécurité, contrôlées par l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire.

Contre-projet indirect aux Verts

La motion de la commission constituerait un contre-projet indirect à l'initiative populaire des Verts, qui va plus loin en exigeant de limiter la durée de l'exploitation à 45 ans. La dernière centrale à être débranchée, celle de Leibstadt (AG), le serait ainsi en 2029. L'initiative mise parallèlement sur les économies d'énergie et la production d'énergies renouvelables.

Pour faciliter l'arrêt volontaire des centrales nucléaires, la commission de l'énergie du National a adopté une autre motion, par 16 voix contre 5 et 4 abstentions. Elle vise à assouplir les conditions d'approvisionnement du fonds de désaffectation des centrales et de gestion des déchets radioactifs, en permettant aux exploitants d'étaler les versements restants. (ats)

Regain de puissance sur la Navizence à Chippis (VS)

La puissance de la centrale électrique de la Navizence à Chippis (VS) a été augmentée de 40%. Les nouveaux groupes hydroélectriques mis en place produiront 70 mégawatt au lieu des 50 actuels. La modernisation de la centrale sera achevée en décembre. La puissance supplémentaire servira de réserve pour optimiser la production durant les périodes de maintenance, communiquent mardi les Forces Motrices de la Gougra SA. La réalisation, actuellement à l'étude, d'une nouvelle galerie d'amenée d'eau pourra permettre d'augmenter la quantité d'énergie produite. La centrale de la Navizence, mise en service en 1908, subit une modernisation dont le coût total est de 75 millions de francs. Trois nouveaux groupes hydroélectriques ont remplacé les sept anciennes machines. L'enveloppe du bâtiment sera assainie d'ici décembre. Les Forces Motrices de la Gougra turbinent les eaux du barrage de Moiry et de la Navizence. L'entreprise est détenue par Alpiq (54%), Rhonewerk AG (27,5%) et les communes qui touchent la rivière.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!