Vers une police européenne du sport

Actualisé

Vers une police européenne du sport

L'Union européenne (UE) s'est engagée jeudi à mettre rapidement sur pied un embryon de police européenne du sport.

Cette force sera composée d'éléments formés et entraînés à la lutte contre la violence dans les stades de football.

«Je crois que c'est une grande marche en avant dans l'intérêt de notre sport, dans l'intérêt de nos enfants», a déclaré devant la presse le président de l'Union des associations européennes de football (UEFA), le Français Michel Platini, qui avait le premier lancé l'idée.

Il a estimé qu'il fallait prendre exemple sur ce qu'ont réussi à faire les Anglais, qui sont pratiquement parvenus à éradiquer le phénomène.

Le ministre portugais de l'Intérieur Rui Pereira, dont le pays préside actuellement l'UE, a annoncé que le Conseil européen du 14 décembre adopterait des conclusions en ce sens.

Ce texte portera sur une meilleure coordination des polices pour l'échange d'informations sur les supporters violents ou racistes, l'interdiction de voyage au niveau européen pour ces individus et la création d'équipes conjointes de policiers chargées d'opérer lors de ces événements internationaux.

«C'est un premier pas vers une police européenne du sport», a-t- il expliqué lors de la même conférence de presse.

Le commissaire européen chargé du dossier, Franco Frattini, a pour sa part annoncé qu'il proposerait début 2008 de financer un programme européen de formation de policiers et de stadiers européens qui pourront se déplacer lors des rencontres.

Les polices européennes avaient déjà coopéré avec succès lors de la Coupe du Monde de 2006, en Allemagne. La libre-circulation des supporters violents doit pouvoir être limitée pour les empêcher de se déplacer, a-t-il dit. (ats)

Ton opinion