Actualisé 26.11.2015 à 08:50

Environnement

Vers une réduction de 40% du C02 à Genève

Le Canton a présenté mercredi son plan climat, pour mieux gérer les gaz à effet de serre.

Le canton de Genève se dote d'un plan climat pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici 2030, par rapport à 1990. Les six axes stratégiques retenus vont de la réduction des énergies fossiles dans le bâti et la mobilité à la protection de la population.

Il s'agit de «contribuer de manière déterminante à tenter de limiter les dégâts, qui sont déjà irréversibles», a indiqué mercredi devant les médias François Longchamp, président du Conseil d'Etat. Le premier volet de ce plan dresse un état des lieux et définit les objectifs globaux et les axes stratégiques. Dans le second volet, annoncé pour 2016, seront élaborées les mesures concrètes.

En 2012, le canton a émis près de 4,3 millions de tonnes de CO2, soit près de 10 tonnes par habitant. L'essentiel des émissions cantonales provient des bâtiments (46%), de la consommation (31%) et de la mobilité (20%).

Redéfinir le trafic aérien

Trop difficile à déterminer, la part des émissions provenant du trafic aérien de l'aéroport ne figure toutefois pas dans ce chiffre. «La part du transport aérien est très importante. Il faut stabiliser voire réduire ces émissions-là», a précisé le magistrat, qui évoque une remise en question de certains comportements, comme les déplacements aériens bon marché le temps d'un week-end.

Le canton pourrait exiger la fixation du prix juste pour les vols. Il pourrait aussi favoriser la venue d'avions plus gros, contenant davantage de passagers, et donc plus économes en matière d'émissions que les vols low-cost.

«Objectifs accessibles»

Dans le cadre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici 2030, le canton envisage de se mettre à amender les propriétaires qui n'ont pas respecté l'obligation d'assainir leurs fenêtres, a fait savoir le conseiller d'Etat Antonio Hodgers, en charge du Département de l'aménagement, du logement et de l'énergie. Il entend aussi favoriser la consommation durable.

L'autre objectif du gouvernement est d'anticiper et de gérer les effets des changements climatiques sur son territoire. Plusieurs axes touchent l'aménagement du territoire, l'urbanisme, l'agriculture et la protection de la santé de la population.

«Ces objectifs sont parfaitement accessibles pour le canton sans remettre en cause sa prospérité, mais ils nécessitent une volonté politique. Il en va de notre responsabilité», a souligné François Longchamp. Certaines mesures sont déjà engagées depuis des années. Le plan climat permet cependant un pilotage global et transversal. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!