Automobilisme: Verstappen condamné à deux jours de boulot!
Actualisé

AutomobilismeVerstappen condamné à deux jours de boulot!

Après l'altercation entre Max Verstappen et Esteban Ocon, le Néerlandais a été condamné pour avoir «porté atteinte à l'intégrité morale du championnat»!

par
Luc Domenjoz

Dans l'histoire de la Formule 1, il y eut très peu de cas où un pilote roulant à un tour « sort » le leader de la course. C'était arrivé en 1982, lorsque le Chilien Eliseo Salazar a percuté la Brabham de Nelson Piquet au Grand Prix d'Allemagne.

Dimanche, c'est Esteban Ocon qui a embouti la Red Bull de Max Verstappen en essayant de lui reprendre son tour de retard.

Alors qu'il menait la course devant Lewis Hamilton, le Néerlandais a pu repartir pour terminer deuxième, mais il n'a pas réussi à reprendre la première place. Lewis Hamilton a donc hérité d'une victoire inattendue grâce à l'erreur d'Esteban Ocon.

Après la course, furieux, Max Verstappen (qui a traité le Français « d'imbécile » et de toutes sortes d'autres noms) est allé voir le pilote français qui passait à la pesée dans le garage de la Fédération Internationale de l'Automobile (la FIA). Après quelques mots, le Néerlandais a poussé le Français à la poitrine à trois reprises – Esteban Ocon, de son côté, n'a pas riposté mais affichait un large sourire qui a sans doute contribué à exciter encore plus le pilote Red Bull.

Des scènes pareilles ne sont plus autorisées sur les circuits, les pilotes devant montrer un comportement « exemplaire », puisqu'ils sont les idoles des jeunes générations.

Dans l'affaire de 1982, furax, Nelson Piquet avait tenté de boxer et d'envoyer des coups de savate à Eliseo Salazar. Trop énervé, le Brésilien avait essentiellement manqué le Chilien qui affichait un air désolé. Mais aucune sanction ne s'en était suivie contre le boxeur-pilote.

Dimanche, Max Verstappen a bien touché Esteban Ocon, ce dernier ayant eu la chance que le père de Max, le sanguin Jos, n'ait pas été présent au Brésil, sans quoi la rixe aurait pu tourner mal.

Mais constatant l'altercation, la FIA a convoqué les deux pilotes pour entendre leur version dimanche soir. « Tous deux se sont bien comportés lors de leur convocation », a poursuivi la FIA, qui dit « comprendre que Max Verstappen ait été extrêmement fâché » de la situation, et ajoute nourrir « une certaine sympathie » pour sa passion.

Néanmoins, les commissaires l'ont condamné à deux jours de travail d'intérêt général, à la discrétion de la FIA, à effectuer dans les six prochains mois - très probablement au cours de l'hiver.

Esteban Ocon s'en tire sans autre condamnation. En course, il avait été pénalisé d'un arrêt de 10 secondes à son stand. « La façon dont a agi Max après la course, à la pesée, n'est pas très professionnelle », insistait le Français. « Mais j'ai l'habitude avec lui, c'était pareil il y a quelques années, en karting. En piste, j'étais beaucoup plus rapide que lui, j'avais des pneus neufs, et j'ai le droit de lui reprendre ce tour. »

Le coup monté d'Helmut Marko

Dans le garage Red Bull, Helmut Marko, le patron du sport automobile de la marque, n'a guère goûté à la manoeuvre d'Esteban Ocon: « C'est un coup monté par Mercedes, tonnait-il. Voilà un pilote sous contrat avec Mercedes pour 2019, à qui on a promis un volant pour 2020, qui a un moteur Mercedes, et qui sort notre pilote pour permettre à une Mercedes de gagner. Cet Esteban Ocon est un âne depuis des années, il n'évolue pas. »

Jacques Villeneuve, champion du monde 1997, ajoute qu'Esteban Ocon ne se remet jamais en question et ne dit jamais qu'il est désolé.

Lewis Hamilton aurait agi différemment

Toto Wolff, le patron de Mercedes, a refusé d'entrer dans le jeu des accusations complotistes menées par Helmut Marko, de Red Bull. Wolff a toutefois défendu le point de vue de « son » pilote (Esteban Ocon est sous contrat Mercedes et seras présent en 2019 en tant que troisième pilote de l'écurie Mercedes).

Pour sa part, Lewis Hamilton, ayant vu les vidéos de l'incident, a déclaré qu'il n'en était « même pas surpris »! « Max est un fonceur, et parfois ça lui retombe dessus. Pour ma part, j'aurais conduit différemment dans ce cas. Bien sûr, on a pas le droit de sortir un adversaire qui a un tour d'avance, mais dans cette affaire, c'est Max qui avait tout à perdre, pas Esteban. »

Ton opinion