Actualisé 24.02.2016 à 07:08

Montreux (VD)Vert accusé d'entasser ses ordures dans son jardin

Un élu écologiste a transformé sa maison en décharge à ciel ouvert. Il jure avoir tout enlevé, mais est poursuivi pour insoumission.

von
Christian Humbert
La bâtisse et ses alentours ressemblent à un véritable dépotoir. dr

La bâtisse et ses alentours ressemblent à un véritable dépotoir. dr

«C'est une cabale», s'insurge Stéphane Barbey, 57 ans. Le candidat à sa réélection sur la liste des Verts au Conseil communal de Montreux est accusé d'avoir transformé les balcons et les alentours de sa maison des Avants en décharge. S'y trouvaient en effet des pneus, du plastique, une gazinière, de vieux pots de peinture, un parking en bois écroulé. «J'ai tout enlevé il y a neuf mois», assure cet ancien juriste de la Fédération romande des consommateurs.

Il y a pourtant moins de cinq mois, la commission de salubrité communale repérait encore des «objets métalliques dans les ronces» lors d'une ­visite. Ce sont ces poubelles, une centaine de sacs noirs entassés un peu partout, qui sont à l'origine des problèmes d'humidité et d'infiltrations d'eau rencontrés par les locataires d'un appartement mis en location par Stéphane Barbey. Le Tribunal des baux lui a ordonné d'évacuer les déchets entassés sur sa terrasse en juin dernier. Loin de s'en formaliser, le juriste a bénéficié de l'aide judiciaire et recouru au Tribunal cantonal. Il a été débouté dans un arrêt rendu le 11 décembre.

Au final, Stéphane Barbey devra comparaître devant un procureur le 2 mars. «Pour insoumission aux décisions des autorités, car il n'a pas rendu les lieux propres et habitables», assure l'une des parties. Le procureur s'est refusé à tout commentaire, tout comme Stéphane Barbey sur ce point-là.

«Cas surprenant»

«Ce n'est pas une bonne pub en période électorale, note le syndic de Montreux, Laurent Wehrli (PLR). J'ai été associé à ce dossier dès le départ, mais les discussions et les injonctions n'ont rien donné: cet élu Vert, qui a prêté serment, ne s'est pas plié aux décisions. Nous poursuivons la procédure sur le plan judiciaire. Il existe d'autres cas à Montreux, mais celui-ci est le plus surprenant, car il s'agit d'un élu qui se représente. La commune pourrait être appelée à prendre le relais du propriétaire, à ses frais.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!