Crash vu vol MH17 en Ukraine: Veto russe à la création d'un tribunal spécial
Actualisé

Crash vu vol MH17 en UkraineVeto russe à la création d'un tribunal spécial

Moscou a opposé mercredi son veto au projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies prévoyant la constitution d'un tribunal chargé de faire le jour sur la destruction d'un avion de la Malaysia Airlines.

1 / 101
02.10 La ministre australienne de la Justice a déclaré dimanche que les identités des responsables de la destruction en 2014 du vol MH17 de Malaysia Airlines en Ukraine seraient «confirmées» d'ici 2017, jugeant que ceux-ci devaient être traduites en justice.

02.10 La ministre australienne de la Justice a déclaré dimanche que les identités des responsables de la destruction en 2014 du vol MH17 de Malaysia Airlines en Ukraine seraient «confirmées» d'ici 2017, jugeant que ceux-ci devaient être traduites en justice.

epa/Alyona Zykina
28.09 Le parquet néerlandais a communiqué la provenance du projectile qui a abattu un avion de la Malaysia Airlines, en 2014. Pour les procureurs internationaux, le missile qui a détruit le vol MH17 en 2014 au-dessus de l'Est de l'Ukraine a été livré depuis la Russie.

28.09 Le parquet néerlandais a communiqué la provenance du projectile qui a abattu un avion de la Malaysia Airlines, en 2014. Pour les procureurs internationaux, le missile qui a détruit le vol MH17 en 2014 au-dessus de l'Est de l'Ukraine a été livré depuis la Russie.

AP/Peter Dejong
26.09 La Russie a de nouveau accusé lundi l'armée ukrainienne d'être responsable du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en 2014 dans l'est de l'Ukraine, deux jours avant la publication des premiers résultats de l'enquête pénale internationale sur le drame.

26.09 La Russie a de nouveau accusé lundi l'armée ukrainienne d'être responsable du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en 2014 dans l'est de l'Ukraine, deux jours avant la publication des premiers résultats de l'enquête pénale internationale sur le drame.

AFP/Kirill Kudryavtsev

Malgré le veto russe, le président ukrainien Petro Porochenko a promis la justice aux proches des victimes. «L'Ukraine ne s'arrêtera pas là», a-t-il écrit sur sa page Facebook. «Les coupables doivent être punis. C'est notre devoir envers les victimes et leurs familles».

Onze des quinze pays membres du Conseil de sécurité ont voté en faveur de ce projet présenté par la Malaisie, l'Australie, les Pays-Bas et l'Ukraine. Trois pays se sont abstenus: Chine, Angola et Venezuela. Le vote négatif de la Russie, membre permanent du conseil, a valeur de veto.

Le vol MH17, qui devait assurer la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur, a été abattu en juillet de l'année dernière avec 298 personnes à son bord. Il s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine, dans une zone contrôlée par les séparatistes prorusses.

Les Pays-Bas, dont étaient originaires les deux tiers des victimes, soupçonnent fortement les séparatistes prorusses d'avoir abattu le Boeing 777 avec un missile sol-air Bouk de fabrication russe. La Russie accuse l'armée ukrainienne d'avoir tiré le missile.

Incompréhension aux Pays-Bas

Dans la journée, quelques heures avant le vote à l'ONU, le président russe Vladimir Poutine avait réitéré son opposition à la création d'un tribunal international pour juger les responsables de ce drame.

«Le président russe a confirmé sa position selon laquelle la création d'un tel organe judiciaire serait inopportune», a déclaré le Kremlin.

A l'issue du vote, le chef de la diplomatie néerlandaise, Bert Koenders, a dit juger «incompréhensible qu'un membre du Conseil de sécurité fasse obstruction à la justice dans une tragédie qui a affecté un si grand nombre de personnes».

Son homologue australienne, Julie Bishop, a promis que les responsables de la destruction de l'avion ne pourraient pas «se cacher derrière le veto de la fédération russe». «Il ne leur sera pas permis d'échapper à la justice», a ajouté la ministre, dont le pays a perdu 39 ressortissants dans la catastrophe.

Elle a ajouté que les cinq pays à l'origine du projet de résolution allaient à présent réfléchir à un autre moyen de mettre en oeuvre des poursuites judiciaires. (afp)

Ton opinion