GP de Malaisie: Vettel s'adjuge la victoire

Actualisé

GP de MalaisieVettel s'adjuge la victoire

L'Allemand Sebastien Vettel (Red Bull) a devancé son coéquipier australien Mark Webber (Red Bull) lors du GP de Malaisie, 3e épreuve de la saison.

Sebastian Vettel a enfin gagné cette saison. Large dominateur du début d'exercice (56 tours en tête sans gagner au final!), mais frustré par des ennuis mécaniques à Bahreïn et en Australie, l'Allemand et sa Red Bull se sont imposés lors du Grand Prix de Malaisie de Formule 1.

La hiérarchie sur la grille de départ à la suite d'essais qualificatifs disputés sous la pluie promettait beaucoup pour la course: les spectateurs malaisiens n'ont pas été déçus ! Entre la folle remontée de Lewis Hamilton (GB/Mercedes) - parti 20e et 6e au drapeau à damier -, les bagarres dans le peloton mettant notamment aux prises Sébastien Buemi aux Ferrari de Felipe Massa et de Fernando Alonso en début de relais, ainsi que la démonstration de force des Red Bull, tous les ingrédients d'un superbe spectacle ont été réunis dimanche à Sepang.

Red Bull est trop fort

Après ses déboires à Melbourne et Sakhir, Sebastian Vettel n'a cette fois pas laissé passer l'occasion de remporter sa première victoire de la saison, la sixième de sa carrière, et de revenir en force au classement du Championnat du monde. Le jeune Allemand, parti de la troisième position, a réussi un envol de rêve, avant de contenir à merveille les rares velléités de son coéquipier. Fragiles lors des deux premiers GP, les Red Bull ont cette fois largement dominé le reste du plateau et ce jusqu'au bout.

Le grand retour de Michael Schumacher en F1 est plus compliqué que prévu. Alors que l'Allemand et sa Mercedes se rêvaient au plus vite aux avant-postes, le début de l'exercice 2010 est décevant. Sixième en ouverture à Bahreïn, puis dixième en Australie, «Schumi» a cette fois dû abandonner après tout juste dix tours en raison d'un soucis à une roue arrière.

Alguersuari domine Buemi

Handicapé par une - mauvaise - stratégie à deux arrêts aux stands, Sébastien Buemi a été une fois n'est pas coutume dominé par son coéquipier Jaime Alguersuari. «Après un bon départ, j'ai eu des problèmes sur mon aileron avant à la suite d'une touchette avec Kobayashi, s'est plaint le Suisse. Après être rentré aux stands, j'ai enfin pu faire quelques tours vraiment très rapides.»

L'Espagnol, neuvième et auteur notamment d'un dépassement de toute beauté aux dépens de Niko Hülkenberg (All/Williams) au 31e tour, a marqué en Malaisie les deux premiers points de sa carrière vieille de onze GP. «Merci à toute l'équipe, je suis très heureux d'avoir 'scoré' aujourd'hui !», a lancé le Barcelonais.

Ferrari et Sauber à la peine

Chez Sauber et au sein de la Scuderia Ferrari on fait également grise mine. Les deux bolides suisses ont «mis la flèche» plus tôt que de rigueur. Kamui Kobayashi (Jap) s'est arrêté après huit rondes, tandis que le bolide de Pedro de la Rosa (Esp) n'a même pas pris le départ. «C'est une course très décevante, a réagi Willy Rampf, le directeur technique de l'écurie d'Hinwil. Nous allons devoir analyser les problèmes que nous avons connus.»

Dix-neuvième et 21e sur la grille, Felipe Massa et Fernando Alonso ont couru tout au long de l'épreuve après quelques points. Si les quatre unités récoltées par le Brésilien lui permettent de chiper la première place au Championnat, le moteur de l'Espagnol a quant à lui rendu l'âme à trois tours du but. La menace Vettel, désormais deuxième ex aequo avec Alonso à deux points de Massa, se fait pressante. (ats)

GP de Malaisie:

1. Sebastian Vettel (All), Red Bull

2. Mark Webber (Aus), Red Bull

3. Nico Rosberg (All), Mercedes

4. Robert Kubica (Pol), Renault

5. Adrian Sutil (All), Force India

6. Lewis Hamilton (GB), McLaren

7. Felipe Massa (Bré), Ferrari

8. Jenson Button (GB), McLaren

Puis:

11. Sébastien Buemi (S), Toro Rosso

13. Fernando Alonso (Esp), Ferrari (pas à l'arrivée)

Michael Schumacher a abandonné au 10e tour sur ennui mécanique. Les deux Sauber également.

Felipe Massa prend la tête du Championnat du monde.

Ton opinion