Vaud: Vevey s'oppose au projet de vols taxi d'Air-Glaciers
Actualisé

VaudVevey s'oppose au projet de vols taxi d'Air-Glaciers

La Ville conteste l'utilisation régulière de la base de La Veyre pour effectuer de l'hélitourisme.

La base de La Veyre, au-dessus de Vevey.

La base de La Veyre, au-dessus de Vevey.

Air-Glaciers a récemment présenté un projet de transports de loisirs en hélicoptère au départ de la base veveysanne et à destination de Leysin et des Diablerets.

La municipalité précise qu'elle «n'a jamais accordé la moindre autorisation» pour des vols de plaisance de manière récurrente depuis un terrain en propriété communale. Or tout atterrissage sur un terrain communal ou privé est soumis à autorisation préalable du propriétaire, explique lundi la commune dans un communiqué.

La parcelle du terrain de La Veyre utilisée par Air-Glaciers est sous le régime d'un droit de superficie accordé au Club veveysan de tennis. Or ce dernier, tout comme la commune de Saint-Légier, où se situe la base, partage la position veveysanne, selon la Ville.

Développement durable

Sur le fond, la municipalité ne remet pas en cause l'emploi de l'hélicoptère lorsque les circonstances l'exigent, comme pour des opérations de secours, le transport de matériaux ou le sulfatage des vignes. En revanche, l'hélitourisme récurrent va à l'encontre de la politique de la Ville en matière de développement durable.

C'est le devoir d'une municipalité d'encadrer le recours à l'hélicoptère de manière stricte, car ces vols entraînent de fortes émissions de Co2 et des nuisances sonores, ajoute la ville. Le projet est d'autant plus difficilement cautionnable qu'il s'agit de gagner deux stations vaudoises parfaitement desservies par les transports publics et le réseau routier. (ats)

Ton opinion