Actualisé 22.01.2014 à 21:12

Vevey (VD)Vexée, elle les prive du dernier adieu à leur papa

Une femme était jugée mercredi pour avoir dispersé les cendres de son ami sans inviter les filles du défunt. Elle était fâchée qu'elles aient contesté son testament oral.

de
Christian Humbert

Lorsque Paul* est rattrapé par la maladie, en juin 2011, ce riche banquier à la retraite n'a pas rédigé ses dernières volontés. Alors qu'il agonisait à l'hôpital, Clara*, sa concubine depuis 7 ans, aurait fait venir deux de leurs amis à son chevet. Le sexagénaire aurait alors dicté son testament oral, léguant un quart de ses biens à Clara. A ce moment-là, les filles de Paul se trouvaient à la cafétéria de la clinique.

Les deux sœurs apprennent l'existence de ce testament oral après la mort de leur père. Elles le contestent. Mais ce n'est rien en regard de ce qu'elles découvrent par la suite. Clara a en effet récupéré l'urne contenant les cendres et les a dispersées sur le lac en août 2011. Sans en aviser quiconque. Les filles de Paul et leurs oncles se disent «outrés et scandalisés». La concubine avait seulement convié son nouvel ami. «Je n'aurais peut-être pas dû agir ainsi, mais j'étais hors de moi», a-t-elle déclaré hier devant le Tribunal de police de Vevey, qui la jugeait pour atteinte à la paix des morts. Elle a écopé de jours-amende avec sursis et devra payer plus de 7000 fr. de frais de justice et d'avocats. Selon la Cour, elle s'est comportée de façon «indigne et égoïste». La question du testament sera jugée ultérieurement.

Après la mort de Paul, Clara, employée à 20% comme vendeuse, a continué à vivre dans leur appartement à 3200 fr. par mois. Le loyer a été pris en charge par les services sociaux.

*prénoms d'emprunt

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!