Pédocriminalité – Vibrant appel pour faire de l’Eglise «une maison fiable»
Publié

PédocriminalitéVibrant appel pour faire de l’Église «une maison fiable»

Au lendemain du rapport affligeant sur la pédocriminalité, deux voix autorisées du christianisme français appellent à ouvrir une «Convention des baptisés et baptisées» pour faire renaître l’Église .

Christine Pedotti est rédactrice en chef de «Témoignage chrétien».

Christine Pedotti est rédactrice en chef de «Témoignage chrétien».

La directrice de la rédaction de Témoignage chrétien Christine Pedotti et la théologienne Anne Soupa ont lancé un appel jeudi pour faire de l’Église catholique «une maison fiable», après le rapport Sauvé sur la pédocriminalité en son sein.

«Un seul mot suffit à résumer la situation : une faillite», peut-on lire dans cet appel, deux jours après la publication du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église catholique (Ciase), présidée par Jean-marc Sauvé.

Pour Christine Pedotti et Anne Soupa, «le poids de l’autorité hiérarchique et l’usage abusif de la notion d’obéissance ont largement contribué au désastre qui est désormais dévoilé».

«Nous devons prendre des décisions adaptées à la catastrophe que nous découvrons. Les règles actuelles d’exercice de l’autorité, du pouvoir et des responsabilités qui ont permis ce désastre ne permettront pas d’y remédier. Le temps des bonnes résolutions est terminé. Il faut agir, vite et bien. Disparaître ou renaître, il faut choisir», ajoutent-elles.

Disparaître ou renaître, il faut choisir.

Christine Pedotti, rédactrice en chef de «Témoignage chrétien» et Anne Soupa, théologienne

Elles appellent à laisser «au vestiaire (...) les titres, les crosses, les mitres et les cols romains» afin de faire de l’Église «une maison fiable». «Ensemble, frères et sœurs, dans l’humilité qui convient face au drame des victimes, revêtons notre seul vêtement de travail, le vêtement blanc» de notre baptême et ouvrons une «Convention des baptisés et baptisées», qui «mènera à bien ce travail», lancent-elles.

Il s’agit «d’imaginer une nouvelle organisation, de nouvelles règles qui soient de véritables garanties que plus jamais dans la maison Église, de tels abus ne puissent se reproduire», concluent-elles en appelant à signer cette pétition.

La commission Sauvé a estimé mardi à 216’000 le nombre de mineurs victimes de prêtres, diacres et religieux depuis 1950. Ce nombre grimpe même à 330’000 si l’on ajoute les personnes agressées par des laïcs travaillant dans des institutions de l’Église (enseignants, surveillants, cadres de mouvements de jeunesse...).

En 2020, la théologienne Anne Soupa, avait postulé à l’archevêché de Lyon pour succéder à Mgr Philippe Barbarin, afin de questionner la place des femmes dans la gouvernance de l’Église.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires