Thoune (BE): Le prévenu aurait précipité ses victimes dans le vide

Publié

Thoune (BE)Le prévenu aurait précipité ses victimes dans le vide

Un sexagénaire est accusé d’avoir tué un homme, blessé un autre, et abusé sexuellement de mineurs. Il reconnaît une partie des faits.

Des deux Afghans victimes du bourreau, l’un a survécu et a témoigné jeudi au tribunal.

Des deux Afghans victimes du bourreau, l’un a survécu et a témoigné jeudi au tribunal.

Philippe Gyarmati/Berner Oberländer

Indépendamment de leur âge, cet homme a pris pour proies des réfugiés afghans. Jusqu’à tuer. En mai 2019, un jeune Afghan de 18 ans avait été retrouvé mort dans les gorges de Gries. Quelques mois plus tard, un autre Afghan, âgé alors de 29 ans, a été retrouvé en sang, frigorifié et avec un pied cassé au même endroit. Il a témoigné ce jeudi au tribunal. L’accusé, âgé aujourd’hui de 65 ans, et le réfugié entretenaient une relation, «amicale et sexuelle».

Selon l’Afghan, l’homme a fini par le demander en mariage, ce qu’il a refusé. Lors d’une excursion dans les gorges, en novembre 2019, le sexagénaire l’a poussé dans le précipice et il a atterri dans un ruisseau. Pied cassé, mouillé, frigorifié, il a attendu plusieurs heures pour être sûr que son bourreau était parti, puis a pu être secouru.

«C’était trop tard»

Lors de son interrogatoire, l’accusé a refusé de répondre à la moindre question sur le premier cas, celui où le réfugié a trouvé la mort. Quant au second, concernant le survivant, il affirme que le jeune homme a chuté tout seul, qu’il était «défoncé». Pourquoi n’avoir pas cherché à le secourir alors? «Qu’aurais-je dû faire? Il n’y avait pas de réseau là-haut», a-t-il dit, estimant que toute aide viendrait de toute manière trop tard pour son compagnon.

La procureure n’a pas été convaincue. Lors des interrogatoires, l’accusé a fourni des versions contradictoires. La victime, elle, a toujours été constante. C’est pourquoi la procureure a requis une peine de prison de 19 ans. Le procès se poursuit vendredi, avec notamment les plaidoiries des avocats de l’accusé, qui est détenu depuis son arrestation fin 2019.

Des actes pédophiles

En plus de l’homicide volontaire et de la tentative d’homicide volontaire, l’homme doit répondre d’agression sexuelle et d’actes d’ordre sexuels avec des enfants, dont certains contre rémunération. Là aussi, il s’agissait de réfugiés afghans. Dans un cas, il a avoué avoir donné à plusieurs reprises de l’argent à un enfant de 14 ans en échange de relations sexuelles. «C’était une erreur et je lui présente aujourd’hui mes excuses», a-t-il dit. Il a contesté d’autres accusations, notamment lorsqu’il a eu des relations dans sa voiture avec un enfant de 17 ans à qui il donnait des cours de conduite. «Il était tout à fait d’accord», s’est-il défendu. 

(sul/ywe)

Ton opinion