Genève: Vidange du Rhône: la France veut des millions

Actualisé

GenèveVidange du Rhône: la France veut des millions

La Compagnie nationale du Rhône réclame huit millions d'euros aux Services industriels à titre de dédommagement. La démarche, inédite, irrite le Conseil d'Etat.

par
Jérôme Faas
Le Rhône a été vidé de ses sédiments en juin pour la 19e fois depuis 1943.

Le Rhône a été vidé de ses sédiments en juin pour la 19e fois depuis 1943.

Tout change. Depuis la première chasse du fleuve en 1943, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) n'avait jamais exigé de dédommagement. Cette fois, elle facture huit millions d'euros aux Services industriels. La somme, réclamée sans crier gare fin janvier, est censée compenser le travail, les pertes d'énergie et le préjudice piscicole estivaux.

Colère de Michèle Künzler

«Ce serait une première, j'ai dit stop!», tonne la conseillère d'Etat Verte Michèle Künzler. L'affaire, révélée hier par le Canton, a pris un tour politique: la conférence de presse qui devait réunir mardi l'Ain et Genève a été annulée. L'élue, fâchée, «pense que les Français vont revenir en arrière.»

Alors certains jugent que l'initiative de la CNR est appuyée par les politiques hexagonaux, Emmanuel Dupuis, directeur de cabinet du préfet de l'Ain, assure qu'il s'agit d'une «démarche d'entreprise à entreprise. La CNR est une structure indépendante. Pour notre part, nous avons le souci de favoriser la bonne coopération entre nos deux pays.»

Ton opinion