Russie: Vidéo-buzz: la police frappe une manifestante

Actualisé

RussieVidéo-buzz: la police frappe une manifestante

Une vidéo postée sur Youtube montrant une manifestante russe violemment frappée par la police crée le buzz sur le net.

Sur la séquence postée sur YouTube, on voit un officier de police frapper une manifestante

Sur la séquence postée sur YouTube, on voit un officier de police frapper une manifestante

Le ministère russe de l'Intérieur a annoncé dimanche ouvrir une enquête interne après qu'une vidéo placée sur l'internet a montré une femme violemment frappée à la tête par un policier la veille lors d'une manifestation d'opposition à Nijni Novgorod (centre).

Sur Youtube

La vidéo placée sur Youtube montre une bousculade, lorsque des manifestants tentent de s'opposer à l'interpellation de l'un d'entre eux par des policiers anti-émeute casqués et armés de matraques.

Dans la bousculade, l'un de ces policiers a apparemment son casque arraché et, se redressant, il frappe violemment à la tête, avec sa matraque, une jeune femme qui se trouve en face de lui, tenant un drapeau rouge. La jeune femme s'effondre, perdant brièvement connaissance, tandis qu'une femme plus âgée s'en prend au policier en lui criant «honte à toi» pour son geste.

La jeune femme, que la vidéo montre reprenant difficilement connaissance alors que des personnes s'enquièrent d'une ambulance, a été examinée à l'hôpital et souffre d'une «contusion» à la tête, a affirmé le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a annoncé une enquête interne alors que les images avaient été visionnées des dizaines de milliers de fois sur l'internet. La jeune femme se trouvait «parmi des individus qui s'opposaient à l'action légale de la police», affirme le communiqué.

Une enquête a été ouverte

La police de Nijni Novgorod a interpellé 18 personnes pendant la manifestation dans la ville samedi dans le cadre d'une journée de mobilisation de l'opposition. La manifestation n'y avait pas été autorisée.

Un des dirigeants de l'opposition libérale, Ilia Iachine, a appelé sur son blog à identifier le policier afin qu'il soit puni pour son geste.

L'opposition et les militants de la société civile ont fréquemment recours aux sites de partage de vidéos pour rendre publics des cas de corruption ou de violence policière, alors que les sanctions contre les fautifs sont rares.

Le site de partage Youtube signale cette vidéo comme pouvant «contenir des séquences que la communauté des utilisateurs de YouTube considère comme potentiellement offensantes pour certains internautes». Les internautes peuvent néanmoins la visionner librement sur d'autres sites de partage comme ManulTV. (afp)

Ton opinion