Vidy croque le quotidien entre mime et electro
Actualisé

Vidy croque le quotidien entre mime et electro

«Gaff Aff» transforme la salle de répétition du théâtre au bord de l'eau en tourne-disque à taille humaine, au sens propre comme au figuré. Exquis.

Métro, boulot, dodo. Martin Zimmermann et Dimitri de Perrot redonnent un coup de fouet à une routine qu'on avait cru pouvoir oublier. Le premier mime en silence, serré dans un deux-pièces très sobre, le sempiternel voyage de ces travailleurs ordinaires. Les chorégraphies sont inventives et frisent souvent le délire. Plus sobre mais pas moins explosif, Dimitri de Perrot accompagne musicalement le ridicule des mouvements de son compagnon. Il distille son cocktail de mélodies depuis ses deux platines alignées dans un coin plus sombre de la scène.

En une petite heure, le duo s'immerge dans une allégorie sur les déviances de la condition humaine. Et sur les travers de ceux qui la font fonctionner malgré eux. Le duo commence en douceur pour mieux accélérer crescendo et surprendre dans un final déchaîné.

La poésie de l'ensemble surprend à chaque instant, à l'image de ces décors de carton-pâte qui prennent les formes les plus inattendues. Ou encore à l'image de ce tourne-disque grandeur nature sur lequel Martin Zimmermann se déplace aisément dans tous les sens. Cet alliage de musique et de mouvements qui provoque les neurones est LA carte de visite de «Gaff Aff», un spectacle à voir au Théâtre de Vidy jusqu'au 19 novembre. Attention, bientôt complet.

Dominique Botti

Ton opinion