Gérard de la télé: Vincent McDoom s'estime «victime de racisme»
Actualisé

Gérard de la téléVincent McDoom s'estime «victime de racisme»

Une polémique enflait lundi autour de la 4e cérémonie des Gérard de la télévision, prévue le 7 décembre sur la chaîne Paris-Première et pour laquelle Vincent McDoom est nommé dans la catégorie du «Gérard du Noir qui fout vraiment la honte aux Noirs» pour l'émission «la Folle route» (TF6).

L'animateur se «victime d'un racisme ordinaire» de la part des organisateurs et «outré d'être ainsi réduit une couleur de peau et à une communauté».

«Je ne comprends pas qu'on puisse faire l'impasse là-dessus alors qu'on ne cesse de parler des dégâts du racisme en France», a expliqué Vincent McDoom dans un entretien à l'Associated Press. «Je n'aurais pas bronché si j'avais été nommé dans la catégorie du 'pire animateur qui fout la honte au métier', mais je ne représente aucunement la communauté noire de France», fustige l'animateur de l'émission de télé-réalité, où avec Magloire, il relie Saint-Tropez à Bruxelles.

Contacté par l'AP, Jacques Expert, directeur des programmes et de l'antenne de Paris-Première, estime qu'»il n'y a aucune polémique, si ce n'est le manque d'humour de l'intéressé (Vincent McDoom) dans cette affaire». «Il s'agit de second degré, d'un divertissement et nullement de racisme», ajoute-t-il, soulignant que Paris-Première est simple diffuseur du programme.

«Avec l'absence de représentation de la diversité sur les écrans, il est dangereux de stigmatiser ainsi les quelques personnes de couleur qui y sont présentes», a indiqué à l'AP Patrick Lozès, président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN). M. Lozès ajoute qu'il va manifester sa préoccupation après des directions de Paris-Première et de sa maison-mère M6, et dit décerner aux organisateurs des Gérard, «le Gérard de la bêtise raciste pour cette initiative».

Interrogée sur l'opportunité d'une intervention du CSA, Christine Kelly, explique que l'instance de régulation se prononce le cas échéant après diffusion. Souhaitant cependant «relayer une inquiétude montante», Mme Kelly dit avoir reçu depuis plusieurs jours et plus particulièrement lundi, «énormément d'appels de personnes se disant français et noirs, et s'estimant outrées et très choquées, par le libellé 'Noir qui fout vraiment la honte aux Noirs'». (ap)

Ton opinion