Vendée Globe:: Vincent Riou s'interroge sur son avenir
Actualisé

Vendée Globe:Vincent Riou s'interroge sur son avenir

Vincent Riou, dont le voilier PRB a démâté mercredi soir après avoir secouru Jean Le Cam en perdition dans l'Océan Pacifique, s'interroge sur son avenir dans le Vendée Globe.

Le tenant du titre peut-il être autorisé à continuer la course après réparation?

«J'ai du mal à me projeter plus loin que là où je suis», a déclaré Vincent Riou jeudi, lors de la première vacation avec l'organisation de la course établie après l'incident.

Riou, qui est arrivé à Puerto Williams (Chili) avec à son bord Le Cam, qu'il avait secouru après que son MV Matériaux eut chaviré, n'a pas parlé d'abandon.

«Il faut qu'on se pose, qu'on se repose, qu'on règle nos problèmes de douanes qui ne vont pas être simples. Il est surtout urgent de ne pas se précipiter», a-t-il dit. «On est amarré de manière provisoire à un ponton militaire. Maintenant, on va essayer de trouver un mouillage correct pour garder le bateau en sécurité».

Le mât du PRB de Riou s'était fragilisé lors du sauvetage de Le Cam, quand un outrigger avait cédé pendant la manoeuvre de récupération du skipper naufragé. La cadène provisoire réalisée ensuite à bâbord de PRB a cédé en approche du canal Beagle, alors que les deux hommes avaient parcouru avec leur gréement de fortune 250 des 305 milles devant les mener à un mouillage en Terre de Feu.

Après la casse de son outrigger, Riou avait demandé au jury de la course de pouvoir réparer sans être disqualifié en raison de cette avarie survenue dans des circonstances exceptionnelles. Le Vendée Globe, course autour du monde à la voile en solitaire et sans escale, ne prévoit officiellement aucune assistance.

«Vincent n'a pas dit «j'abandonne»», confirme Eric Coquerel, porte-parole de la structure entourant Vincent Riou.

Le concurrent pourrait demander une compensation de temps et reprendre la mer avec un gréement de fortune monté au Chili. La solution de l'envoi d'un mât neuf en Terre de Feu semble irréaliste.

«Tout est envisageable», a déclaré jeudi à l'AP Mathias Lallemand, adjoint à la direction du Vendée Globe. «Il faut attendre que Vincent Riou formule une demande auprès du jury international. Le jury se réunira et statuera sur quelque chose (de concret).» AP

jlc/petr (ap)

Ton opinion