24.09.2020 à 22:41

FootballVingt minutes ont suffi à un FC Bâle décevant

Les Rhénans menaient 3-0 après 20 minutes, jeudi soir contre Famagouste. S’ils verront bien les barrages de l’Europa League, ils se sont fait une grosse frayeur.

de
Florian Vaney
Valentin Stocker s’extirpe du marquage chypriote aux forceps pour emmener son FCB en barrages de la Ligue Europa. (KEYSTONE/Georgios Kefalas)

Valentin Stocker s’extirpe du marquage chypriote aux forceps pour emmener son FCB en barrages de la Ligue Europa. (KEYSTONE/Georgios Kefalas)

KEYSTONE

«What the f’ck guys!?», s’est énervé rouge Yevhen Selin. On vivait la 39e minute, l’Anorthosis Famagouste était déjà mené 3-0 à Saint-Jacques et aucun coéquipier du latéral gauche ne semblait pressé d’aller jouer une touche obtenue dans le camp bâlois. Comment ne pas comprendre la frustration du Chypriote? Une chance d’accéder aux barrages de l’Europa League était donnée à son équipe et celle-ci n’avait strictement rien à présenter jeudi soir. Si bien qu’elle ne s’était pas procurée la moindre occasion.


Il faut dire que le FC Bâle a fait tout juste pendant un peu moins d’une mi-temps. Du sérieux, de l’envie et, surtout, un but tombé dès le coup d’envoi pour parfaitement emmancher les choses. Avec Silvan Widmer et Andrea Padula, les Rhénans possèdent deux latéraux pas maladroits du tout devant le but. Après trois minutes, c’est des pieds du premier nommé qu’est tombée l’ouverture du score.


Vous voulez le nom d’un autre Bâlois pas malhabile lorsqu’il doit faire quelque chose du ballon? Samuele Campo. Sa frappe de la 12e minute n’est qu’une preuve de plus sur la longue liste de l’ancien milieu de terrain du Lausanne-Sport. Un envoi d’un peu plus de vingt mètres, effleurant le bas de la latte de Giorgi Loria: tout simplement superbe. Et vu que Hovhannes Hambartsumyan a encore très malencontreusement trompé son propre gardien après une jolie percée d’Andrea Padula (21e), le FCB a passé un premier quart de match féérique. 3-0.


Tout portait alors à croire que le FC Bâle à deux vitesses de la saison dernière était de retour. Celui terriblement fragile en championnat et si conquérant en Europe. Mais quatre jours après avoir partagé l’enjeu contre le néo-promu en Super League Vaduz (2-2), les hommes du très démonstratif Ciriaco Sforza ont laissé ressurgir leurs vieux démons.

Un penalty et une fin tendue

D’abord, ils ont cessé de jouer vers l’avant. Dans l’optique de garder des forces pour le déplacement de dimanche à la Praille? Possible. Mal leur en a pris, en tout cas. Parce que peu après le coup de gueule de Yevhen Selin et juste avant le retour aux vestiaires, Branko Vrgoc a inséminé le doute dans les esprits «rotblau». Une reprise victorieuse à l’orée de la surface et le retour du suspense dans une partie qui semblait pliée.
Il a ensuite fallu une bien mauvaise intervention d’Andrea Padula pour que les Bâlois se mettent carrément à trembler. La recrue du FC Wil a provoqué un penalty évitable instantanément transformé par Giorgi Kvilitaia (67e). Crispé, frustré, agacé, Bâle n’a donné que bien peu de garanties de sécurité. Alors même qu’il a évolué avec un homme de plus sur le terrain depuis la 50e minute.


Contre un Famagouste dont la moyenne d’âge dépassait les 30 ans et qui a heureusement semblé à court d’énergie dans les dernières minutes, les Rhénans ont fini par s’en sortir. Tant bien que mal. En barrages jeudi prochain, ils en découdront avec le CSKA Sofia, toujours au Parc Saint-Jacques.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
9 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Burbona Sex

25.09.2020 à 08:24

Les filles coquines veulent des gars pour elles-mêmes. Site -> Gеtbаdgirl. com

pinggy

25.09.2020 à 07:43

C'est quoi ce sport ou cette équipe où l'on arrête de jouer après 3 buts.

Gliss

25.09.2020 à 06:08

Sport de pédalo !