Vingt policiers pour du tapage nocturne
Actualisé

Vingt policiers pour du tapage nocturne

«J'ai été tiré du lit par le bruit qu'a fait l'intervention de police», lance un témoin. A 3 h 30 du matin, dimanche dernier à Genève, il voit dix voitures arriver tous feux allumés devant sa fenêtre.

Pensant qu'il s'agit «d'un gros truc», le jeune homme s'empare de sa caméra et filme la scène. Quatre individus sont entourés par une vingtaine de gendarmes. Motif? Tapage nocturne. «On nous a signalé du bruit dans l'allée de l'école des Charmilles, explique le porte-parole de la police, Jean-Philippe Brandt. Les collègues ont demandé des renforts. A cette heure, tout est calme. C'est pour cela que toutes les patrouilles ont prêté main forte.» Les individus ont été contrôlés, mais l'un d'eux, muni d'une carte diplomatique, a insulté les gendarmes. Conduit au poste, il a fait l'objet d'une plainte.

(sha)

Ton opinion