Afrique de l'Est et australe: Vingt-six pays vont créer une zone de libre-échange
Actualisé

Afrique de l'Est et australeVingt-six pays vont créer une zone de libre-échange

Des chefs d'Etat et ministres de 26 pays et trois organisations économiques d'Afrique de l'Est et australe, représentant plus de 50% du produit intérieur brut du continent, se sont engagés mercredi à Kampala à fusionner les trois blocs pour créer à terme une zone de libre-échange.

Les représentants des 26 pays de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC), du Marché commun des Etats d'Afrique australe et de l'Est (Comesa) et de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), dont sept chefs d'Etat, étaient réunis dans la capitale ougandaise pour un sommet tripartite d'une journée, a constaté un journaliste de l'AFP.

«La tripartite a décidé que les trois organisations économiques devraient immédiatement débuter leurs travaux pour fusionner au sein d'un seul bloc dans le but d'accélérer l'accomplissement de la Communauté économique africaine», indique le communiqué final du sommet.

Le communiqué précise qu'un groupe de travail a été chargé d'établir, d'ici six mois, une feuille de route détaillant les étapes devant conduire à la création d'une zone de libre-échange.

«Le processus dans lequel nous nous sommes lancés aujourd'hui marque un pas important vers la concrétisation de la construction d'un bloc économique (...) qui augmentera le niveau des échanges commerciaux inter-africains», s'est félicité mercredi le président sud-africain Kgalema Mothlante.

«Un marché unique élargi représente assurément une voie par laquelle nous pouvons contribuer à l'atténuation de la pauvreté et à la création d'emplois dans notre région. Les avantages d'un bloc régional élargi sont énormes», avait estimé mardi soir le président kényan Mwai Kibaki.

«Ces avantages comprennent entre autres des améliorations du bien-être de nos populations, de la productivité, un accroissement des échanges commerciaux et des investissements. Tout cela peut déboucher sur des créations d'emploi», avait-il ajouté.

«Nous devrions par conséquent nous montrer tenaces dans notre soutien à la création d'un bloc régional élargi qui pourrait finalement aboutir à la Communauté économique africaine», a-t-il affirmé.

Les trois blocs économiques regroupent 527 millions d'habitants et représentent 58,6% du produit intérieur brut du continent.

Ce sommet intervient alors que le continent est confronté aux effets cumulés de la hausse des prix alimentaires et du pétrole et craint l'impact sur son développement de la crise financière mondiale.

(ats)

Ton opinion