Actualisé 07.12.2010 à 06:01

Colombie - Glissement de terrain«Vingt-trois corps ont pu être récupérés»

Au moins 23 personnes ont péri dimanche à la suite d'un glissement de terrain dans le nord-ouest de la Colombie, tandis que plus de 100 étaient portées disparues.

«Vingt-trois corps ont pu être récupérés», a déclaré vers 19h00 (01h00 en Suisse) à l'AFP Jorge Humberto Salazar, porte-parole des autorités départementales d'Antioquia, où se trouve Bello, en banlieue de Medellin (400 km au nord-ouest de Bogota) épicentre du drame intervenu 24 heures plus tôt.

Ce responsable a révisé à la hausse un précédent bilan de 20 victimes, précisant aussi que le nombre total de personnes ensevelies par le glissement de terrain était estimé à 125, dont les victimes déjà retrouvées.

Le maire de Bello Oscar Perez avait pour sa part précisé plus tôt que sept personnes avaient également été retrouvées vivantes au milieu des décombres des plus de 35 habitations emportées par le glissement de terrain. Les recherches se font à main nue, dans l'espoir de trouver d'autres survivants.

Tragédie prévisible

Parmi les personnes recherchées se trouvait ainsi une bonne partie de la famille d'Oscar Torres, qui a cru qu'un avion venait de s'écraser à flanc de montagne lorsque le drame s'est produit.

Dans la nuit, a-t-il raconté à l'AFP, «nous avons sorti des décombres le corps (sans vie) de mon fils de dix ans». Et sous sa maison de deux étages en miettes gisaient encore lundi sa belle- mère, une belle-soeur, deux beaux-frères et sept neveux, a raconté l'ouvrier de 38 ans. Lui-même a échappé à la mort avec son épouse et deux autres enfants parce qu'il s'étaient absentés.

Comme Oscar Torres, des dizaines de proches de disparus attendaient lundi des nouvelles des secouristes, fondant en larmes à la vue de chaque nouveau cadavre extrait par ces derniers.

A flanc de montagne

Medellin, deuxième ville de Colombie avec quelque 2,2 millions d'habitants, située dans une vallée enclavée, compte plusieurs quartiers et banlieues construits à flanc de montagne aux habitations précaires particulièrement vulnérables aux glissements de terrain.

Les autorités craignaient depuis des semaines une tragédie car le pays vit une saison des pluies d'une intensité sans précédent en raison du phénomène climatique de La Nina, entraînant une diminution de la température de certaines zones de l'océan Pacifique.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!