Actualisé 23.06.2019 à 09:47

Festival de Yulin (Chine)Violemment battue pour avoir sauvé des chiens

Une activiste des droits des animaux a été agressée par une foule de marchands de viande de chien. La raison? Elle a secouru des centaines de toutous destinés à être abattus lors du festival chinois de Yulin.

de
vsm
AFP/Bo Ai Animal Protection Centre

C'est en voulant libérer près de 300 canidés d'un entrepôt que Du Yufeng - fondatrice du centre de protection des animaux Bo Ai - et deux autres militantes se sont retrouvées à l'hôpital. Leurs agresseurs s'avèrent être des vendeurs de viande de chien et ils étaient armés. Du Yufeng affirme que l'une de ses collègues âgée de presque 60 ans, avait eu deux côtes fracturées au cours de l'agression.

Les animaux devaient être tués à l'occasion du très controversé festival de Yulin, qui a débuté hier. L'événement qui dure généralement une dizaine de jours.

Miss Suisse contre les massacres de Yulin

Dans une lettre au gouvernement du Sichuan, elle explique avoir été incapable de dormir la nuit, sachant que d'innombrables camions étaient chargés de chiens enfermés dans de minuscules cages à poules et transportés pour être ensuite froidement abattus. «Ils sont frappés à mort, ébouillantés, brûlés et éventrés vivants. Ils sont tellement terrifiés», peut-on lire dans la lettre. L'activiste demande à ce que l'on punisse les acteurs du festival de chien, rapporte MailOnline.

Ils sont frappés à mort, ébouillantés, brûlés et éventrés vivants.

Selon la Humane Society International (HSI), une organisation caritative dédiée aux animaux, la plupart des chiens et des chats capturés pour le festival serait des animaux errants ou même domestiques enlevés dans des parcs ou des jardins. Ils sont ensuite entassés dans des cages grillagées et conduits à travers le pays jusqu'à l'abattoir où ils sont battus à mort.

De plus, le festival de Yulin n'est pas une fête traditionnelle mais a été inventé en 2010 par des commerçants cherchant à stimuler les ventes de viande de chien, en déclin.

Une fête inventée

Claire Bass, directrice générale de l'association, explique: «Le commerce de viande de chien en Chine est avant tout une affaire de crime et de cruauté. Le festival de Yulin est un exemple troublant d'un commerce incroyablement cruel dirigé par des voleurs. Ils capturent régulièrement des animaux domestiques en plein jour à l'aide de fléchettes empoisonnées et de cordes élastiques, défient les lois sur la santé publique et la sécurité, et causent des souffrances abominables, le tout pour une viande que la plupart des Chinois ne consomment pas», peut-on lire dans le MailOnline.

Cependant, les pressions nationales mais également internationales ont fait chuter le nombre de mises à mort. On est passé de 15'000 à 3000 chiens abattus pendant les jours de fête.

On estime actuellement que 30 millions de chiens sont tués chaque année en Asie pour leur viande, dont 20 millions en Chine seulement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!