Violence chez les jeunes
Actualisé

Violence chez les jeunes

La violence chez les jeunes inquiète. Les Suisses demandent un durcissement des sanctions.

Favorables aux mesures d'intégration, ils sont nombreux à soutenir un durcissement du droit pénal et le retrait de la nationalité helvétique aux jeunes délinquants d'origine étrangère.

Neuf Suisses sur dix souhaitent une augmentation du nombre de places d'apprentissage, révèle dimanche un sondage mené par l'Institut gfs.bern pour la SSR SRG Idée suisse. La mise en place d'autres mesures d'intégration recueille l'aval de huit personnes sur dix.

Les Romands sont les plus favorables à cette approche. Ils sont 88% à soutenir les mesures d'intégration, contre 77% des Alémaniques et 69% des Tessinois.

L'appartenance politique joue également un grand rôle. Ainsi, 92% des sympathisants socialistes privilégient l'intégration. A l'autre bout du spectre politique, les UDC ne sont que 61% à croire en ces mesures.

Renforcer les sanctions

Les personnes interrogées veulent voir les sanctions renforcées. Globalement, 69% des Suisses sont favorables au retrait de la nationalité helvétique aux jeunes délinquants d'origine étrangère. La différence entre les régions linguistiques est là encore criante: seuls 51% des Romands appuient cette mesure, contre 74% outre-Sarine.

Sept sondés sur dix sont en faveur d'un durcissement du droit pénal. Les sympathisants de l'UDC choisissent à 86% une législation plus répressive. Ils sont suivis par les proches des radicaux (76%), des démocrates-chrétiens (64%) et des socialistes (59%). Seuls les Verts sont opposés à cette mesure: 47% se prononcent contre et 45% pour.

Le sondage a été mené auprès de 2009 personnes du 18 décembre au 9 janvier. Il comporte une marge d'erreur de plus ou moins 2,2 pour cent.

(ats)

Ton opinion