Violence scolaire: la solution des classes-relais?

Actualisé

Violence scolaire: la solution des classes-relais?

Face au phénomène en hausse de la violence scolaire, les milieux concernés tentent de trouver des solutions, comme la création de classes-relais.

Traité de «connard» par un élève de 11 ans, un enseignant français lui administre une gifle. Aujourd'hui, il risque jusqu'à 5 ans de prison. Depuis janvier dernier, l'affaire fait grand bruit dans l'Hexagone. Le professeur a reçu plus de 40'000 lettres de soutien et d'indignation, la majorité provenant de collègues soucieux de défendre la corporation.

«Un problème grandissant»

Menace verbale ou physique d'un professeur, remise en cause de l'autorité de l'enseignant: un phénomène récent qui touche aujourd'hui les écoles et inquiète les milieux de l'enseignement. «C'est un problème grandissant», reconnaît Georges Pasquier, président du Syndicat des enseignants romands (SER). «On compte aujourd'hui sur l'école pour une part éducative qui n'est pas la sienne».

L'école ne peut pas se substituer aux parents. Elle tente de trouver des solutions pour gérer au mieux ces situations délicates. Les élèves à problèmes sont ainsi signalés au service de l'enseignement qui prend ensuite des mesures adaptées.

«Il existe des élèves pour qui l'intégration des règles sociales ne se fait pas», souligne Jean-François Lovey, chef du Service de l'enseignement du canton du Valais. «On se trouve parfois dans la situation où un élève rend la vie des vingt autres impossible. Nous devons réagir, sous deux formes: en mettant en place un système de prévention et en clarifiant les sanctions», poursuit-il.

Mise en place de classes-relais

En Valais, c'est dans la tranche d'âge 12 – 15 ans, qui correspond au cycle d'orientation, que les autorités rencontrent le plus de problèmes dans la gestion des élèves difficiles. «On pense avoir une dizaine de cas sur l'ensemble du canton», estime Jean-François Lovey. A partir de la rentrée scolaire prochaine, ils seront pris en charge dans des classes-relais. Un système qui existe déjà à Fribourg. Il consiste à sortir l'élève à problèmes de la classe, de l'intégrer dans une autre structure, avec l'objectif de le réintégrer après une période plus ou moins longue dans sa classe.

Didier Bender

Ton opinion