Violences en banlieue: la thèse de l'accident se confirme

Actualisé

Violences en banlieue: la thèse de l'accident se confirme

Une expertise remise à l'Inspection générale de la police nationale, chargée de l'enquête sur la mort de deux adolescents dont la mini-moto a percuté dimanche une voiture de police à Villiers-le-Bel, va dans ce sens.

C'est ce que rapporte jeudi le journal Le Figaro.

Les dégâts impressionnants de la Mégane Scenic des policiers sont bien dus à la violence du choc avec la mini-moto conduite par les jeunes, selon l'expert judiciaire missionné qui estime que la voiture de patrouille, heurtée à l'avant gauche, devait rouler à «40 km/h» et la moto à «70 km/h».

Par ailleurs, l'analyse des enregistrements radio des unités de terrain et de la main courante informatisée de la Sécurité publique indique que les sapeurs-pompiers ont été alertés par la police à «17h01», soit «trois minutes après l'accident» survenu à 16h58, et qu'ils sont arrivés sur place «neuf minutes trente» plus tard.

Selon l'expert missionné par l'IGPN, en attendant l'arrivée des pompiers, un gardien de la paix s'occupait des deux jeunes gens accidentés, «tenant la main à l'un d'eux pour éviter qu'il ne perde connaissance». (ap)

Ton opinion