Moscou: Violente charge de Medvedev contre les Etats-Unis
Actualisé

MoscouViolente charge de Medvedev contre les Etats-Unis

Le président russe Dmitri Medvedev a accusé mercredi les Etats-Unis d'avoir conduit, par leur politique «présomptueuse», à la guerre en Géorgie et à la crise financière internationale, dans sa première adresse annuelle à la nation.

«La tragédie de Tskhinvali», capitale de la république séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud à l'origine de la guerre entre Moscou et Tbilissi en août, est «une conséquence de la politique présomptueuse de l'administration américaine», a déclaré M. Medvedev.La tentative de Tbilissi, allié des Etats-Unis, de reprendre le contrôle de l'Ossétie du Sud dans la nuit du 7 au 8 août, a provoqué une intervention russe en Géorgie et une guerre de cinq jours. Moscou a reconnu dans la foulée l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, une autre république séparatiste géorgienne. «Nous ne reculerons pas dans le Caucase», a lancé le président russe.«00Le conflit dans le Caucase a été utilisé comme prétexte pour introduire dans la mer Noire des bateaux de guerre de l'Otan et pour imposer plus vite encore à l'Europe le système de défense antimissile américain ce qui va provoquer des mesures de rétorsion de la Russie», a ajouté M. Medvedev.Le président russe a ensuite dénoncé les «erreurs dans le domaine financier» et «l'absence du sens de la mesure» à l'origine, selon lui, de la crise financière mondiale «qui est loin d'être finie».«En gonflant la bulle financière pour stimuler leur croissance, les Etats-Unis ne se sont pas donné la peine de coordonner leurs efforts avec d'autres participants des marchés et ont ignoré tout sens élémentaire de la mesure».«Les Etats-Unis n'ont pas écouté les mises en garde de la part de leurs partenaires, y compris les nôtres, et ils ont par conséquent nui à leurs intérêts et aux intérêts des autres».«Les leçons de la crise de 2008 ont prouvé à toutes les nations qu'il est temps d'agir», a répété le président russe. «Nous devons réformer radicalement les systèmes politique et économique. La Russie, quoiqu'il arrive, va insister sur ce point».

Ton opinion