Océanie: Violente tempête attendue en Nouvelle-Zélande
Actualisé

OcéanieViolente tempête attendue en Nouvelle-Zélande

Il pourrait s'agir de la plus violente tempête depuis Giselle en 1968, à l'origine de l'échouement d'un ferry qui avait fait 53 morts.

Après les cyclones Debbis et Cook, la Nouvelle-Zélande craint le pire au Nord.

Après les cyclones Debbis et Cook, la Nouvelle-Zélande craint le pire au Nord.

Keystone

La Nouvelle-Zélande se préparait jeudi à l'arrivée d'une tempête qui pourrait selon les prévisionnistes être la plus violente depuis près d'un demi-siècle.

Cette dépression, issue du cyclone Cook qui a frappé la Nouvelle-Calédonie cette semaine, a déjà généré au large des vents dépassant les 170 km/h.

L'agence météorologique officielle Metservice a indiqué que la tempête était attendue jeudi sur l'Île Nord, où elle pourrait provoquer des vagues de cinq mètres.

Metservice estime qu'il pourrait s'agir de la plus violente tempête depuis Giselle en 1968, qui avait notamment été à l'origine de l'échouement d'un ferry qui avait fait 53 morts.

Fortes pluies dans le nord

Quatre personnes ont été blessées en Nouvelle-Calédonie lors du passage du cyclone Cook. «C'est un événement très important qui risque de provoquer de graves inondations, des glissements de terrains et des dégâts dus au vent», a indiqué Metservice.

De nombreuses régions de l'Île du Nord sont déjà détrempées du fait des fortes pluies qui ont accompagné la tempête Debbie la semaine dernière. D'où un risque accru d'inondations.

La Nouvelle-Zélande se prépare au long week-end pascal, ce qui signifie que les routes risquent d'être encombrées, compliquant davantage encore la gestion de cette crise. Air New Zealand a annulé tous les vols au départ de Rotorua, Napier, Hamilton et Tauranga sur l'Île du Nord.

La tempête devrait toucher jeudi soir la région de Coromandel et de la Baie de l'Abondance, avant de se diriger vers Wellington vendredi matin. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion