Football: Violents affrontements à Marseille

Publié

FootballViolents affrontements à Marseille

La demi-finale retour de Conference League entre l’OM et Feyenoord a débouché sur des heurts avant, pendant et après le match. 17 interpellations ont été effectuées.

Les policiers antiémeutes français ont eu fort à faire, ces derniers jours, à Marseille.

Les policiers antiémeutes français ont eu fort à faire, ces derniers jours, à Marseille.

AFP

17 personnes ont été interpellées au cours des incidents qui ont éclaté entre supporters et forces de l’ordre dans une atmosphère tendue jeudi, en marge de la demi-finale retour de Conference League Marseille – Feyenoord (0-0), ont annoncé les autorités, ce vendredi.

La majeure partie des supporters interpellés l’ont été pour violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, et la plupart sont des Marseillais, a-t-on précisé de source policière. Les autres ont été interpellés pour violences, tentatives d’intrusion dans le stade, dégradation ou encore détention de fumigènes.

Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène à plusieurs reprises durant la soirée, y compris à la sortie du public du Stade Vélodrome, vers 23h. Des policiers sont restés autour de l’enceinte sportive marseillaise jusqu’à 1h du matin.

La rencontre, classée «niveau 5» (le niveau maximum) en terme de sécurité par les autorités, a généré le chaos dans Marseille, dès la fin d’après-midi.

C’était chaud jeudi soir au Vélodrome.

C’était chaud jeudi soir au Vélodrome.

AFP

Dès 18h, des embouteillages bloquaient totalement l’avenue du Prado menant au stade, et ce durant trois heures, jusqu’au coup d’envoi. Dans le centre-ville, la plupart des bars et pubs diffusant habituellement les matches étaient, eux, fermés, «pour cause d’insécurité», affichaient-ils sur leurs devantures.

Mercredi, la veille de la rencontre, le Vieux-Port avait en effet été le théâtre d’incidents violents entre supporters des deux clubs, avec des Néerlandais venus en grand nombre. 20 personnes avaient été interpellées.

Des incidents avaient éclaté mercredi déjà au Vieux-Port.

Des incidents avaient éclaté mercredi déjà au Vieux-Port.

AFP

Pour éviter de reproduire les incidents entre supporters, constatés lors du quart de finale entre l’OM et le club grec du PAOK Salonique, les autorités avaient prévu jeudi, de regrouper les Néerlandais en amont de la rencontre, dans une «fan zone» sur la plage du Prado.

Mais des orages violents, et notamment de la grêle, ont totalement désorganisé ce dispositif, et de nombreux fans du Feyenoord sont finalement allés au stade, sans utiliser les bus normalement prévus, en nombre apparemment réduit, ont témoigné des journalistes néerlandais, déplorant le manque de réaction des autorités face à la météo.

Dans le stade, des supporters du Feyenoord s’en sont pris aux journalistes, leur jetant des pièces, des fumigènes, voire même des morceaux de sièges arrachés à leur tribune, selon des témoignages recueillis sur place.

Au cours de la seconde période de la rencontre, les policiers présents dans l’enceinte ont également dû intervenir avec des gaz lacrymogènes face au parcage réunissant les quelque 3200 supporters néerlandais, alors que ceux-ci lançaient des fumigènes.

(AFP)

Ton opinion

9 commentaires