Violents combats dans l'est du Liban: au moins dix civils tués
Actualisé

Violents combats dans l'est du Liban: au moins dix civils tués

De violents combats ont opposé mercredi à l'aube des commandos israéliens aéroportés au Hezbollah dans l'est du Liban près de Baalbeck.

Au moins dix civils ont été tués et deux autres blessés, selon un bilan qui risque de s'alourdir.

Des hélicoptères ont débarqué des soldats israéliens sur des collines proches de Baalbeck, bastion du Hezbollah situé dans la vallée de la Bekaa, dans le nord-est du pays. L'opération a été préparée par une série de raids aériens au cours de laquelle l'aviation israélienne a tiré une trentaine de roquettes.

Des violents combats au moyen de fusils d'assaut, de lance- grenades et de mitrailleuses se sont produits à proximité de l'hôpital al-Hikmah, ont rapporté des témoins. Selon la police libanaise, le village de Jimayliyé situé près de Baalbeck, a été bombardé à plusieurs reprises.

Membres d'une même famille

Au moins dix civils ont été tués et deux autres blessés dans une frappe de l'aviation israélienne sur ce village, ont rapporté des sources au sein des services de sécurité. Des avions de combat y ont détruit plusieurs maisons.

Cinq des victimes, appartenant à une même famille, ont été retrouvées mortes dans une maison. Cinq autres personnes ont été retrouvées dans les ruines de maisons qui s'étaient effondrées. Le bilan risque de s'aggraver lorsque les services de secours auront fini de dégager les décombres.

Lors de cette opération, l'armée israélienne a enlevé plusieurs membres du Hezbollah et en a blessé ou tué plusieurs autres, a annoncé une porte-parole militaire. Toutes les forces israéliennes qui ont pris part à l'opération sont retournées indemnes à leur base de départ.

Plusieurs semaines

Pour sa part, le vice-Premier ministre israélien Shimon Peres a déclaré que les opérations militaires engagées contre le Hezbollah au Liban pourraient durer plusieurs semaines malgré les pressions internationales visant à obtenir un cessez-le-feu plus rapidement.

Il a déclaré que la fin de la campagne militaire israélienne au Liban était une question «de semaines pas de mois». «Nous avons le sentiment d'être très proches d'une décision et nous nous sentons beaucoup plus en confiance quant à la confrontation», a-t-il ajouté.

Shimon Peres a réaffirmé qu'un cessez-le-feu était envisageable une fois une force de maintien de la paix déployée dans le Sud- Liban.

Avant un accord sur un cessez-le-feu

Il s'exprimait à l'issue de sa rencontre à Washington avec la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice. Cette dernière a pour sa part déclaré qu'un cessez-le-feu pourrait intervenir dans les prochains jours.

Selon un autre responsable du gouvernement israélien, l'Etat juif estime avoir la possibilité de poursuivre ses opérations militaires pendant au moins une autre semaine avant que les grandes puissances n'aboutissent à un accord sur les termes d'un cessez-le- feu et sur les modalités du déploiement d'une force internationale au Sud-Liban. (ats)

Ton opinion