Travailleurs au noir en Grèce: «Violer le confinement, c’est une question de survie»
Publié

Travailleurs au noir en Grèce«Violer le confinement, c’est une question de survie»

En l’absence d’attestation d’employeur pour circuler dans le pays, les nombreux travailleurs non déclarés de Grèce «sont contraints» de faire fi du confinement et de risquer une lourde amende.

Comme durant le confinement du printemps, le travailleur grec doit obtenir une attestation de son employeur pour circuler. Sinon, il risque une amende de 300 euros en cas de contrôle policier.

Comme durant le confinement du printemps, le travailleur grec doit obtenir une attestation de son employeur pour circuler. Sinon, il risque une amende de 300 euros en cas de contrôle policier.

AFP

«Rester chez soi avec l’angoisse de ne rien gagner pendant un mois? Non merci», s’indigne Vaguélis, plombier non déclaré de la banlieue nord-est d’Athènes. Ce quadragénaire n’a pas le choix: pour sa survie, il accepte les petits boulots au noir dans son quartier en cette période de confinement imposé en Grèce depuis le 7 novembre.

«Je préfère prendre le risque, au moins je peux gagner 50 euros la journée et payer le loyer, le supermarché (…) et en cas d’amende, je la paierai plus tard», confie-t-il, souhaitant garder l’anonymat.

300 euros d’amende en cas de contrôle

Pendant ce confinement, comme le précédent au printemps, le gouvernement grec encourage le télétravail. En cas d’impossibilité, le travailleur doit obtenir une attestation de son employeur pour circuler. Sinon, il risque une amende de 300 euros en cas de contrôle policier.

Les professionnels à leur compte peuvent fournir une attestation mentionnant leur numéro d’identification fiscale. Mais les nombreux travailleurs au noir n’entrent dans aucune de ces catégories en Grèce, où l’économie souterraine représente près de 30% du produit intérieur brut (PIB). «Je suis contraint de violer la loi, c’est une question de survie», assène Vaguélis.

Des courses dans le sac, si jamais

Même inquiétude chez Elisa, coiffeuse à domicile, qui ne donnera pas non plus son nom: «Je fais une attestation manuscrite qui dit que je vais faire des courses et je travaille surtout dans mon quartier» pour éviter les déplacements «risqués dans le centre-ville où les contrôles sont plus fréquents».

Cette femme de 32 ans travaille au noir depuis quatre ans, après la fermeture du salon de coiffure dans lequel elle exerçait pendant la crise financière grecque (2010-2018), à l’instar de centaines de milliers de microentreprises du pays.

«Si j’ai une deuxième cliente dans la journée, je remplis une nouvelle attestation en changeant l’heure. Je prends toujours soin d’avoir un sac avec quelques courses dans ma voiture en cas de contrôle policier», confie cette habitante du nord d’Athènes.

Une police «plus tolérante»

Cependant, «la police est plus tolérante pendant ce second confinement», se félicite Vaguélis, dont les revenus avaient baissé de plus de 50% lors du premier confinement.

«On n’est pas en train de voler, fustige-t-il. Tout le monde sait comment l’économie marche en Grèce, il faut que l’argent circule; la majorité des livreurs sont sans sécurité sociale et la police ferme les yeux.»

Selon des estimations, le taux de mobilité, l’un des indices indirects d’évaluation de l’économie souterraine, «a enregistré une hausse de 35% pendant le deuxième confinement par rapport au premier», relève Panayotis Petrakis, professeur d’économie à l’Université d’Athènes.

Taux de chômage des plus élevés

«Les pertes en termes de produit intérieur brut (PIB) étaient de près de 2,5 milliards d’euros pendant le premier confinement, mais actuellement ces pertes sont estimées à la moitié» de ce montant, précise-t-il.

L’économie grecque est toujours en convalescence après la crise financière au cours de laquelle le pays avait perdu un quart de son PIB. Le chômage, qui avait alors explosé, reste toujours l’un des plus élevés de la zone euro (à 18,9% en 2020, selon le gouvernement).

«Dans l’angoisse» d’une arrestation

La Grèce s’attend à une chute de 10,5% du PIB en 2020 avant une reprise de 4% l’année prochaine. L’arrêt de l’économie pour cause de confinement a surtout frappé le tourisme, moteur de l’économie grecque, mais aussi les services aux personnes et le divertissement, où les travailleurs au noir sont légion.

Selon les experts, la contraction va surtout frapper les plus vulnérables, ceux qui ne bénéficient pas des aides de l’État et sont privés de «réseau social et légal de protection: les bas revenus, les chômeurs et les sans-papiers».

Anna vit «dans l’angoisse d’être arrêtée»: cette femme de ménage de Géorgie vit depuis plus de dix ans en Grèce mais n’a toujours pas de papiers.

L’attestation qu’elle remplit pour circuler dans Athènes stipule «aide à personne vulnérable». Mais elle dit avoir «perdu beaucoup de clients, surtout âgés, qui ont peur» de lui ouvrir leur porte, car elle utilise les transports en commun, plus risqués pour la circulation du virus.

(AFPE)

Ton opinion