Genève: Violeur laissé en liberté malgré une condamnation
Actualisé

GenèveVioleur laissé en liberté malgré une condamnation

Un collège de juges estimait que l'individu condamné ne représentait aucun risque pour la société et avait fixé le début de sa peine pour février 2014. Pierre Maudet a voulu accélérer son incarcération.

Après de nombreux recours, un homme a été condamné le 8 juillet dernier à 6 ans de prison pour le viol de sa nièce seize ans auparavant. Selon une information de la «Tribune de Genève», le Service d'application des peines a décidé le 27 septembre dernier de le faire incarcérer dans une prison alémanique en février 2014 seulement. Pierre Maudet, conseiller d'Etat en charge de la sécurité en a décidé autrement puisqu'il a ordonné son interpellation vendredi dernier, après une étude des dossiers des criminels dangereux pouvant présenter un danger pour la société.

Son avocat, Me Robert Assaël, est en colère contre cette décision. «La campagne électorale ne justifie pas l'arbitraire et l'excès. De façon générale, je comprends le souci de la sécurité publique, ici neuf juges et plusieurs procureurs se sont penchés sur cette procédure: aucun n'a retenu un risque de récidive ou un danger pour la société.»

Me Camille Odier, avocate de la victime, revient sur l'interpellation de vendredi. «Je ne vois pas ce qu'il y a de révoltant dans cette arrestation. Il y a une condamnation qui est définitive, toutes les instances ont été saisies et le prévenu doit donc purger sa peine. Il n'a cessé de jouer la montre et a cherché à retarder l'issue du procès. Désormais il est condamné, cette condamnation est définitive, il doit payer sa dette à la société.» (20 minutes)

Ton opinion