Riviera vaudoise: Viré de l'école pour avoir tiré au pistolet à plombs
Actualisé

Riviera vaudoiseViré de l'école pour avoir tiré au pistolet à plombs

Un ado avait dégainé une arme factice devant son collège privé à Saint-Légier. Il vient d'être renvoyé, au grand dam de ses parents qui y voient une mesure excessive.

par
mkm
Les faits se sont produits à proximité de cet établissement.

Les faits se sont produits à proximité de cet établissement.

Google Street View

Une exclusion définitive: c'est ainsi que la direction de l'institut Haut-Lac a décidé de sanctionner l'un de ses élèves. Le vendredi 3 février dernier, à la sortie des cours, ce Vaudois de 16 ans avait dégainé un pistolet factice aux abords de l'école privée bilingue de Saint-Légier - La Chiésaz (VD), dans les hauts de Vevey. Il avait tiré deux plombs en l'air pour que ses pairs le laissent tranquille.

Plaqué au sol et menotté

Pensant à une véritable arme à feu, une fille avait donné l'alerte. Plus de dix patrouilles de police, dont les agents du détachement d'action rapide et de dissuasion (DARD), étaient intervenues. L'ado s'était retrouvé plaqué au sol, menotté, enfermé puis placé pendant dix jours dans un institut psychiatrique.

«C'est du délire»

Les parents de l'adolescent n'en reviennent pas de la décision de l'école. «On est dans la psychose, c'est du délire», a confié son père au «Matin».

Leur avocat est également stupéfait par la sévérité de la sanction. «Ce jeune ne représente aucun danger pour les autres ou pour lui-même», a-t-il estimé dans les colonnes du quotidien orange, s'appuyant sur le fait que l'ado a pu ressortir de l'institut psychiatrique et que le Tribunal des mineurs n'a pas ordonné de le placer dans une autre institution.

Trouver une solution

A quelques mois des examens du baccalauréat international, la direction de l'école assure qu'elle fera «tout son possible pour aider la famille à trouver une solution pour l'éducation future de l'élève». Mais les parents du jeune Vaudois saisiront la justice civile pour réclamer des dommages et intérêts.

Ton opinion