Voyage: Viré du train de nuit pour Vienne à cause de son chien

Publié

VoyageViré du train de nuit pour Vienne à cause de son chien

Silvan Venini est en colère contre les CFF, qui lui auraient donné de fausses informations sur un voyage avec son chien. Au final, il a été obligé de sortir du train.

Silvan Venini avec son enfant et son toutou

Silvan Venini avec son enfant et son toutou

DR

Pour le mariage de sa sœur, Silvan Venini voulait récemment se rendre à Vienne avec sa femme et ses deux enfants ainsi que le chien de la famille. «Pour cela, nous avons acheté les billets pour la voiture-lits à un guichet des CFF et nous nous sommes renseignés au sujet d’un billet pour le chien. Le collaborateur nous a dit que nous pouvions acheter le billet pour le chien dans le train», raconte le jeune homme de 33 ans.

Mais la réalité a été tout autre. «Dans le train, le contrôleur nous a dit que le chien n’était pas du tout autorisé à monter dans la voiture-lits», raconte-t-il. Pour pouvoir tout de même poursuivre le voyage, il aurait proposé de prendre une place assise avec le chien. «Comme j’ai mal été conseillé, j’ai exigé le remboursement des billets», confie le trentenaire. Une discussion s’est engagée et, finalement, la police a été alertée et attendait à l’arrêt suivant. «À Buchs (SG), nous avons été éjectés du train et avons dû reprendre un autre convoi pour Sargans (SG), notre gare de départ, où nous avons poursuivi notre voyage en voiture.» L’incident énerve Silvan Venini. «Je vais demander des dommages et intérêts», lance-t-il.

Une question de wagon

Aux CFF, on a connaissance de l’incident. «Il s’agit dans ce cas d’une information erronée que la famille a reçue au guichet. L’indication pour le transport d’un chien est correcte pour les wagons du train autrichien dont la gare terminale est Vienne, mais pas pour ceux du train qui va jusqu’en Hongrie», explique le porte-parole Daniele Pallecchi. Même s’il s’agit du même train, des règles différentes s’appliquent selon les voitures. «La famille avait des billets pour la voiture-lits hongroise, dans laquelle les chiens sont interdits!» Entre-temps, la famille a reçu des excuses et les billets lui ont été remboursés le 26 juillet. Les CFF veulent en outre dédommager la famille pour les désagréments causés.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boîte mail, l’essentiel des infos de la journée.

(mon/jbm)

Ton opinion

79 commentaires