Mauritanie: Viré pour avoir estropié le nom de la Première dame
Actualisé

MauritanieViré pour avoir estropié le nom de la Première dame

Un journaliste de la chaîne nationale Radio-Mauritanie vient d'être licencié pour n'avoir pas prononcé correctement le nom de l'épouse du chef de l'Etat.

par
apn
Le chef de l'Etat mauritanien et son épouse. Les journalistes ont intérêt à tourner leur langue sept fois dans la bouche avant de prononcer le prénom de la première dame.

Le chef de l'Etat mauritanien et son épouse. Les journalistes ont intérêt à tourner leur langue sept fois dans la bouche avant de prononcer le prénom de la première dame.

photo: Kein Anbieter

Crime de lèse-majesté sur les ondes de Radio-Mauritanie, le 26 mai! Le journaliste Pape Khalilou Diop, qui présentait depuis six ans les nouvelles en wolof (une des quatre langues nationales de ce pays de l'Afrique de l'Ouest), a estropié le nom de l'épouse du président mauritanien. La sanction n'a pas tardé à tomber. Le journaliste a été viré, révèle le journal mauritanien «Alakhbar».

Le plus cocasse dans l'histoire, c'est que l'Agence mauritanienne d'information, pourtant organe officiel d'Etat, prononce de plusieurs manières le nom de la même Première dame. En effet, l'épouse de Mohamed Ould Abdel Aziz s'appelle à la fois «Marième Mint Ahmed dite Tekber», «Tekbir Mint Ahmed», «Mariem Mint Ahmed dite Tekbir» et «Tekeiber Mint Ahmed»...

Autant dire que le journaliste avait quatre chances sur... quatre de se faire virer.

Ton opinion