États-Unis - Virées de l’hôtel en pyjama pour une mauvaise critique sur le web
Publié

États-UnisVirées de l’hôtel en pyjama pour une mauvaise critique sur le web

Une sexagénaire et sa petite-fille de 6 ans ont été éjectées d’un motel de Géorgie en septembre dernier. La raison? La cliente n’avait attribué que trois étoiles à l’établissement.

Susan Leger devait passer un petit séjour sympathique dans un hôtel de Géorgie avec sa petite-fille de 6 ans, mais rien ne s’est passé comme prévu. Les deux clientes étaient déjà en pyjama et prêtes à passer leur première nuit au Baymont Inn & Suites à Helen, quand l’Américaine de 63 ans a reçu un e-mail provenant du site Hotels.com. «Comment est votre chambre?» demandait le courriel. Pas très satisfaite de son logement, Susan lui a attribué trois étoiles sur cinq. «L’hôtel est en mauvais état. La piscine n’est pas ouverte. La chasse d’eau ne fonctionne pas bien», a détaillé la cliente.

À 20 h 40, le téléphone portable de Susan s’est mis à sonner. «Ce type s’est mis à me hurler dessus et m’a annoncé qu’il me jetait dehors, qu’il avait appelé la police et que je devais quitter la chambre», raconte la sexagénaire à WXIA. La voyageuse avait à peine repris ses esprits que quelqu’un s’est mis à tambouriner contre sa porte. C’était un policier. «Ils peuvent vraiment m’éjecter d’un hôtel au milieu de la nuit parce que j’ai mis trois étoiles sur cinq?» a demandé Susan à l’officier. «Oui, madame, c’est dans la loi», lui a-t-il répondu.

«Ma petite-fille s’accrochait à ma jambe et pleurait très fort. C’était terrifiant. C’était juste horrible», raconte l’Américaine. Le policier a aidé les deux voyageuses à trouver une autre chambre dans un établissement voisin. Lors d’un premier échange téléphonique en septembre, le manager de l’hôtel a expliqué au média que le souci était que Susan n’avait jamais signalé ces problèmes au personnel. «On peut s’en occuper, si elle nous en parle. Mais elle n’a jamais rien dit», avait-il affirmé.

Lors d’une interview filmée ce mois-ci, Danny Vyas a cependant donné une tout autre version: «Elle m’a appelé au moins dix ou onze fois en une heure. Le lavabo ne fonctionne pas. Rien ne va», a-t-il expliqué cette fois. Dans le rapport de police, une seule raison pour l’expulsion de Susan est invoquée: «Elle a publié une mauvaise critique du motel.» Il a fallu que le média contacte le site Hotels.com pour que la voyageuse soit enfin remboursée, après deux mois d’attente. «Si vous ne voulez pas devoir marcher en pyjama avec votre petite-fille de 6 ans, ne laissez pas de commentaire si vous êtes encore sur place», conseille la grand-maman.

(joc)

Ton opinion