Actualisé 03.12.2014 à 10:30

Argovie

Virés de chez eux à cause de requérants d'asile

Une famille argovienne s'est fait expulser de son appartement. La raison? Leur logement accueillera bientôt des requérants d'asile.

de
ofu

Karin Ottiger a subi un gros choc en ouvrant une lettre envoyée en recommandé par la commune de Moosleerau (AG). Les autorités ont décidé de résilier son bail... pour pouvoir accueillir à la place des requérants d'asile.

La famille Ottiger habite dans son 4 pièces et demie depuis plus d'un an. L'immeuble, l'ancienne école de Moosleerau, appartient à la commune. Contactées par «Blick», les autorités rappellent qu'elles sont obligées d'accueillir une famille de requérants et qu'elles n'ont aucun autre endroit où la placer. «Quand nous avons emménagé, personne ne nous a avertis qu'une chose pareille pouvait se produire. Les requérants se font loger et ma famille se retrouve à la rue», s'énerve la quadragénaire. Elle, son mari et son fils de 13 ans doivent quitter leur appartement d'ici à mars au plus tard. «Nous avons peur de ne trouver aucun appartement dans les environs et dans une classe de prix qui nous convient», craint Karin Ottiger, qui paie actuellement 1250 francs de loyer par mois.

Jusqu'à présent, la commune de Moosleerau payait 10'000 francs par année parce qu'elle n'accueillait aucun requérant. Mais le canton d'Argovie vient d'accentuer la pression sur la commune et a décidé d'augmenter les taxes perçues des localités n'accueillant aucun requérant d'asile. Une somme beaucoup trop élevée pour la commune, qui compte à peine 1000 habitants.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!