Berne: Virés de leur squat, ils s'installent dans un arbre
Actualisé

BerneVirés de leur squat, ils s'installent dans un arbre

Les personnes qui occupent depuis près de cinq ans deux maisons à Berne ont dû s'en aller mercredi. Mais les squatters ne sont pas allés bien loin.

par
kaf/ofu
1 / 11
08.09 Un jour après l'évacuation des squatteurs, installés dans un arbre à Breitenrain (BE), les façades de deux filiales Migros ont été aspergées de peinture par des inconnus. Le distributeur a porté plainte.

08.09 Un jour après l'évacuation des squatteurs, installés dans un arbre à Breitenrain (BE), les façades de deux filiales Migros ont été aspergées de peinture par des inconnus. Le distributeur a porté plainte.

DR
Lecteur reporter
Un filiale Denner a également été touchée.

Un filiale Denner a également été touchée.

Lecteur reporter

Comme convenu, les squatters de la Moserstrasse, à Berne, ont quitté les deux maisons qu'ils occupaient depuis près de cinq ans. Les deux bâtisses ont été remises à Migros, propriétaire des lieux, qui va bientôt les détruire pour agrandir sa filiale sur le Breitenrainplatz.

Mais contrairement à ce que tout le monde pensait, les individus n'ont pas quitté le secteur. En effet, ils se sont installés dans un arbre situé à proximité immédiate d'une des maisons. Dans des dossiers distribués dans la rue, faisant chacun 28 pages, les activistes font part de leur mécontentement: «Les singes dans l'arbre en ont marre. Nous resterons ici aussi longtemps que possible.» Un ancien squatter, interrogé par la «Berner Zeitung», confirme: «Ils ne redescendront plus de là volontairement.»

«Espace vital précieux» remplacé

Pour protester contre l'imminente destruction des deux maisons, les squatters ont même construit une petite cabane en bois dans l'arbre: «Nous condamnons le fait que cet espace vital précieux sera bientôt remplacé», explique un des occupants.

Malgré la demande de Migros de bien vouloir libérer l'arbre pour 17h mercredi après-midi, les squatters n'ont pas bougé d'un centimètre. Le géant orange cherche néanmoins encore à établir le contact avec eux et est confiant que tout se passera bien. Interrogée par «20 Minuten», la porte-parole rappelle qu'au cours des cinq dernières années il n'y a pas eu de grands problèmes et que la remise des deux maisons s'est bien déroulée.

Ton opinion