VirginMega et la Fnac sur les traces d'eMusic
Actualisé

VirginMega et la Fnac sur les traces d'eMusic

Les distributeurs espèrent résister au succès européen de la plate-forme indépendante eMusic.

En France, la Fnac vient de mettre en vente sur le Net deux fichiers MP3 sans DRM, c'est-à-dire sans protection technique. VirginMega a fait de même avec un titre seulement. Ceux qui achètent ces morceaux pourront les graver, les copier et les transférer librement d'un ordinateur à l'autre.

Les deux distributeurs prennent ainsi le risque de voir apparaître ces titres en téléchargement illégal. Trois titres libres sur des millions, l'opération reste symbolique. Mais elle veut ouvrir un débat sur l'utilité des DRM imposés par les majors. Sur les 2 milliards de titres téléchargés en France en 2005, seuls 2% seraient issus de plates-formes légales.

Universal et EMI projettent de diffuser gratuitement une partie de leur catalogue en ligne en se rémunérant grâce à la publicité. La Fnac et VirginMega entendent donc étendre très rapidement leur offre sans DRM. En fait, la fronde a débuté aux Etats-Unis, où Yahoo! et eMusic proposent déjà des offres musicales sans verrouillage numérique.

La concurrence du site eMusic (1,7 million de titres) commence aussi à se faire sentir en Europe. Fourni par 950 labels indépendants, eMusic talonne iTunes aux Etats-Unis avec 11% de parts de marché. Il s'est propulsé au 2e rang en Europe en deux mois seulement. C'est un modèle pour les grands distributeurs français qui veulent s'implanter sur cet énorme marché. D'ici à 2010, la consommation de musique en ligne atteindra 1,1 milliard d'euros.

(gim)

Ton opinion