Festival de cinéma: Visions du Réel ouvre ses écrans à la Tunisie
Actualisé

Festival de cinémaVisions du Réel ouvre ses écrans à la Tunisie

Traditionnellement consacrée à un pays du sud ou de l'est, la section "Focus" du festival Visions du Réel présente cette année du sélection de documentaires venus de Tunisie.

par
Catherine Magnin

«VHS Kahloucha» de Nejib Belkadhi.

En mars dernier, le Festival du Film sur les Droits humains en mars dernier organisait un débat sur le souffle des révolutions et l'importance des réseaux sociaux, notamment en Tunisie. Au début avril, le Festival du Film Oriental a programmé une douzaine de films sur ou provenant de Tunisie. Pourtant, Visions du Réel 2014 a trouvé largement matière à remplir une section intitulée Focus Tunisie.

C'est que la production cinématographique du pays s'est intensifiée depuis le Printemps arabe, comme si les Tunisiens rattrapaient le temps perdu depuis qu'ils ont reconquis une certaine liberté d'expression. Sur la quinzaine de titre programmé à Nyon, les deux tiers ont été réalisés après janvier 2011.

VHS et réseaux sociaux

En ce mardi 29 avril, il est possible de découvrir, dès 20h30, «Le Facebook de mon père». Dans ce film d'une vingtaine de minutes d'Erige Sehiri, le père de la réalisatrice ouvre un compte sur le réseau social après la Révolution de 2011, ce qui lui permet de rétablir le contact avec un pays quitté 40 ans plus tôt.

«VHS Kahloucha» de Nejib Belkadhi, réalisé en 2006, nous amène à découvrir une sorte de Tarantino tunisien. Un peinte en bâtiment de Sousse, qui a fait de sa passion pour le cinéma de genre une deuxième activité : il tourne en VHS low budget, avec énergie et créativité, des fictions loufoques et débridées, inspirées des super-héros, telles Tarzan des Arabes ou encore Frankenstein Kalouchein.

Contrebande et résistance

Parmi les films encore à venir d'ici la fin du Festival, on notera notamment «C'était mieux demain» (mercredi 30 avril à 13h30), de Hinde Boujemaa. Janvier 2011, Tunis : alors que la révolution gronde dans les rues de la capitale tunisienne, Aida et son fils Faouzi luttent pour leur survie en marge de la société. Femme et mère marquée par la vie, ayant suivi le chemin menant au vol, à l'abus d'alcool et à la prison, Aida garde une incroyable force qui lui permet de se relever même...

«Contra» (jeudi à 13h30), de Lassaad Hajji, entraîne le spectateur dans le milieu des hors-la-loi qui pratiquent la contrebande à la frontière entre Tunisie, Algérie et Lybie. Virées nocturnes, échanges de marchandises et arrestations sont le lot quotidiens de ces contrebandiers qui n'ont d'autre gagne-pain pour subsister.

Visions du Réel

Nyon, du 25 avril au 3 mai 2014.

Ton opinion