Actualisé 27.10.2009 à 19:07

AnimationVive le Far West à la sauce belge

Patar et Aubier adaptent au cinéma la série qui a fait leur succès sur Canal+.

von
Fred Ferrari

«Quand Vincent Patar voit un film de John Wayne, ce n'est pas John Wayne qu'il regarde, c'est son cheval.»

L'anecdote relatée par son complice Stéphane Aubier en dit long sur l'univers totalement décalé qui préside à «Panique au village». Quoi? Des personnages raides comme des «i» et qui se déplacent comme des agités du bocal? Une pouliche qui joue du piano? Un cow-boy et un indien qui font leur shopping sur internet?

Sauf qu'Indien est le roi de la bavure. A cause de lui, 50 millions de briques sont livrées devant la maison de Cheval. Pas question de partager pour autant avec les étranges amphibiens qui viennent les voler la nuit.

«Panique au village» s'inspire manifestement de Jules Verne et des studios Aardman, mais les références cèdent vite le pas à l'originalité de Patar et Aubier. Avec un vocabulaire à friser les oreilles des pète-sec, des dialogues vociférés par un Benoît Poelvoorde hystérique, des Pr Tournesol et des Pingu, le duo de Belges réussit même à faire passer son message sur la tolérance. Sans se prendre au sérieux, bien sûr.

Panique au village

De Vincent Patar et Stéphane Aubier

***

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!