Genève: Voici le trait d'union entre migrants et société civile
Actualisé

GenèveVoici le trait d'union entre migrants et société civile

Les dons des communes ont permis à l'Hospice de créer une porte d'entrée pour toutes les bonnes volontés.

par
Jérôme Faas
De jeunes migrants entre les containers provisoires du centre d'hébergement de la Praille.

De jeunes migrants entre les containers provisoires du centre d'hébergement de la Praille.

photo: Keystone/Salvatore di Nolfi

«Il existe à Genève un énorme mouvement de solidarité avec les migrants. C'est extraordinaire. Nous avons traité déjà 180 propositions de bénévolat», s'enthousiasme Katia Zenger. La responsable de l'unité «Actions intégration», créée le 1er mars par l'Hospice général, croule sous le travail. «Mais il n'y a jamais trop. C'est magnifique, ce qui se passe.»

Les bonnes volontés, donc, n'ont jamais manqué. Les besoins non plus. Encore fallait-il les mettre en contact, puisque souvent les Genevois ignoraient à qui s'annoncer. C'est ce lien qu'a réalisé l'Hospice général. Il a fait du porte-à-porte auprès des communes n'abritant aucun centre d'hébergement de requérants pour qu'elles participent à l'effort d'intégration. Huit ont dit oui (Bardonnex, Choulex, Collex-Bossy, Collonge-Bellerive, Cologny, Genthod, Meinier, Vandoeuvres). Leurs dons financent pour un an trois postes de l'unité. «Ainsi, les personnes qui veulent aider peuvent avoir un interlocuteur.»

La cellule «Actions intégration» centralise les offres des particuliers, des associations, des municipalités, des paroisses, et met les projets en place. «Nous nous occupons aussi du placement et du logement chez les privés, détaille Katia Zenger. Les bénévoles peuvent par ailleurs et notamment proposer de l'aide aux devoirs, de la conversation, du sport. Communes et Eglises prêtent des locaux pour des activités, afin de sortir les gens des abris souterrains.»

Elle explique que rien ne remplace le contact avec les habitants. «Les professionnels sont très utiles, mais on ne s'intègre pas auprès d'eux. Pour les migrants, sortir du foyer, de l'anonymat, c'est énorme. L'idée, c'est de créer du lien. On a rencontré des gens magnifiques. Il faut rendre hommage à tous ces citoyens qui donnent de leur temps.»

En pratique

L'Unité «Actions intégration» est joignable par mail à l'adresse suivante: action_migrants@hospicegeneral.ch. Par ailleurs, divers documents sont disponibles sur cette page de l'Hospice général, notamment des formulaires d'inscription pour devenir bénévole. Enfin, la page facebook de l'Hospice peut donner des idées d'actions, précise Katia Zenger.

Ton opinion