Mobilité: Voici les dix voitures électriques les plus respectueuses du climat

Publié

MobilitéVoici les dix voitures électriques les plus respectueuses du climat

Les véhicules électriques sont sans aucun doute plus écologiques que ceux à essence ou diesel. Il existe toutefois aussi de grandes différences dans la catégorie des voitures électriques. Un nouveau site internet de l’Association transports et environnement (ATE) les met en évidence – et pourrait occasionner des explications de certains constructeurs.

par
Jan Graber
1 / 11
1 - Dacia Spring
Type: SUV, puissance: 33 kW, consommation moyenne: 13,9 kWh/100 km, autonomie: 230 km, prix: 18’900 francs, coûts énergétiques: 2780 francs.

1 - Dacia Spring
Type: SUV, puissance: 33 kW, consommation moyenne: 13,9 kWh/100 km, autonomie: 230 km, prix: 18’900 francs, coûts énergétiques: 2780 francs.

Dacia
2 - Fiat 500 24 kWh
Type: mini. Puissance: 70 kW, consommation moyenne: 13 kWh/100 km, autonomie: 190 km, prix: 26’990 francs, coûts énergétiques: 2600 francs. Point faible: le bruit.

2 - Fiat 500 24 kWh
Type: mini. Puissance: 70 kW, consommation moyenne: 13 kWh/100 km, autonomie: 190 km, prix: 26’990 francs, coûts énergétiques: 2600 francs. Point faible: le bruit.

Fiat
3 - Fiat 500 Cabrio 24 kWh
Type: mini, puissance: 70 kW, consommation moyenne: 13 kWh/100 km, autonomie: 190 km, prix: 31’990 francs, coûts énergétiques: 2600 francs. Point faible: le bruit.

3 - Fiat 500 Cabrio 24 kWh
Type: mini, puissance: 70 kW, consommation moyenne: 13 kWh/100 km, autonomie: 190 km, prix: 31’990 francs, coûts énergétiques: 2600 francs. Point faible: le bruit.

Fiat

Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire de tergiverser sur le fait que les voitures électriques sont plus respectueuses du climat que celles à essence ou diesel. Sur l’ensemble de leur durée de vie, les véhicules électriques affichent un bilan CO2 deux fois meilleur que les modèles utilisant des carburants fossiles.

Mais qu’en est-il de la performance environnementale au sein d’une même catégorie? Quels sont les modèles électriques les plus respectueux du climat? Et, tant que nous y sommes, quelles sont les différences entre les véhicules hybrides, ceux à essence et ceux qui ont du diesel dans leur réservoir?

La taille de la batterie détermine les émissions

Le site Eco-auto.info de l’Association transports et environnement (ATE) répond à ces questions. Il fournit en effet des indications sur l’impact écologique des voitures de tourisme et des véhicules utilitaires.

Trois critères sont évalués pour les voitures électriques: les émissions de CO2, la charge liée à la production de la batterie et le bruit généré lors de la conduite. Les voitures hybrides, elles, reçoivent deux valeurs de CO2: l’une pour le moteur à combustion, l’autre pour le mode électrique. Quant aux véhicules fossiles, l’accent est mis sur l’efficacité énergétique et l’impact environnemental.

Mais revenons aux véhicules électriques. La valeur de CO2 pendant la conduite est calculée sur la base de la consommation d’électricité et des émissions générales de CO2 du mix électrique standard suisse. Comme l’électricité importée contient toujours une part d’électricité issue du charbon, les émissions de CO2 ne sont donc pas nulles. En revanche, si l’on ne faisait le plein qu’avec de l’électricité verte, elles le seraient.

Il n’en va pas de même pour la fabrication de la batterie: celle-ci consomme beaucoup d’énergie et entraîne des émissions de CO2 relativement élevées. Et plus la batterie est volumineuse, plus les émissions de CO2 sont importantes. Comparées aux modèles fossiles, les voitures électriques sont malgré tout plus respectueuses de l’environnement: après avoir parcouru en moyenne 30 000 kilomètres, elles présentent généralement un meilleur bilan CO2 et sont donc plus écologiques, comme le révèle le guide en ligne de la Confédération intitulé «Roulez électrique».

Plus le véhicule est lourd, plus la valeur est mauvaise

La batterie n’est toutefois pas le seul élément à entrer en ligne de compte dans l’efficacité énergétique des voitures électriques. On sait ainsi que plus la voiture est lourde et puissante, plus sa consommation d’énergie est élevée. Première du classement, la Dacia Spring, qui affiche une puissance de seulement 33 kilowatts pour un poids à vide de 1000 kilos, consomme en moyenne 13,9 kilowattheures aux 100 kilomètres, alors que la Porsche Taycan CT 4S, 360 kilowatts de puissance et un poids à vide de 2320 kilos, «engloutit» presque le double, soit 27,4 kilowattheures, ce qui la fait figurer en dernière place.

Parmi les dix premiers du classement, la puissance est limitée, mais l’autonomie aussi. Seule la Hyundai Kona Electric, en quatrième position, dépasse les 300 kilomètres. Il y a donc des améliorations à faire. Un autre paramètre important parle en faveur de l’électrique: les coûts énergétiques. Pour le premier du classement de la catégorie voitures électriques, ils s’élèvent à 2780 francs aux 100’000 kilomètres, alors que pour la lanterne rouge, ils sont presque deux fois plus élevés, à savoir 5480 francs.

La liste proposée par l’ATE présente toutefois un défaut: certains des modèles mentionnés ne sont plus du tout construits et ne sont pas toujours disponibles, ou difficilement.

Eco-auto.info, la liste des voitures les moins énergivores

L’évaluation des voitures par l’Association Transports et Environnement possède une longue histoire. En 1980 déjà, l’ATE publiait pour la première fois une liste des 80 voitures les plus silencieuses. En 1984, les gaz d’échappement et la consommation d’énergie ont également été mesurés. Puis, jusqu’en 2021, il y a chaque année eu la publication «Liste écologique des voitures». Désormais, la liste des voitures les plus économes en énergie est publiée sur eco-auto.info. Les données de l’Office fédéral des routes (OFROU) servent de base. Les partenaires d’eco-auto sont le WWF Suisse, la Fondation pour la protection des consommateurs, Topten.ch et SuisseEnergie.

Ton opinion

20 commentaires