Actualisé 03.05.2011 à 18:13

Prix CFF

Voie 7 : les jeunes passeront à la caisse

La voie 7, l'abo forfaitaire qui permet aux moins de 26 ans de voyager en soirée, va augmenter de 30% en fin d'année. Notre micro-trottoir en vidéo.

La hausse des prix dans les transports en commun est désormais officielle. L'abonnement qui permet aux moins de 26 ans de voyager entre 19h00 et 05h00 est le plus durement touché et son prix passera de 99 à 129 francs. Cette augmentation est la première depuis plus de 10 ans, relativisent les CFF et l'UTP. La voie 7 est victime de son succès, d'où une hausse massive de 30%.

Le prix de la carte journalière va également prendre l'ascenseur. «La situation est particulièrement insatisfaisante en ce qui concerne les cartes journalières des communes, dont les recettes ne couvrent qu'un tiers des coûts engendrés», déplorent les CFF et l'UTP. «Pensées au départ comme une offre découverte, elles concurrencent de plus en plus les titres de transport standards». En conséquence, les communes devront débourser 8,8% de plus pour ces cartes.

La plupart des abonnements généraux des CFF coûteront 2% à 4% de plus le 11 décembre prochain. Au niveau des billets, la deuxième classe reste épargnée alors qu'en première classe, il faudra débourser 3% de plus.

L'accroissement de l'offre et les investissements en matériel roulant dans les transports publics obligent à revoir les tarifs à la hausse, ont expliqué mardi les CFF et l'Union des transports publics (UTP). Les augmentations visent à rééquilibrer des domaines où les recettes ne couvrent pas les coûts, ajoutent-ils.

De manière générale, l'augmentation moyenne devrait atteindre 1,5%. Cette hausse «peut être qualifiée de modérée, au vu du renchérissement de 1% prévu pour 2011», plaident les CFF et l'UTP.

Abonnement général

Le prix de la plupart des abonnements généraux va augmenter. La hausse est plus marquée pour la première classe, avec en moyenne 4,3% de plus. En deuxième classe, le surcoût atteint 1,7% en moyenne.

Dans le détail, les abonnements généraux deuxième classe pour les adultes progressent de 1,5%, ceux destinés aux seniors de 2% et ceux pour les jeunes/étudiants de 2,1%. Les apprentis paient le plus lourd tribut avec une hausse de 2,9%. En revanche, les handicapés ne sont pas touchés par la hausse, de même que les enfants.

Deuxième classe et demi-tarif épargnés

L'abonnement demi-tarif ne sera pas augmenté. En ce qui concerne les billets classiques, la deuxième classe reste épargnée.

Pour la première classe en revanche, il faudra débourser en moyenne 3% de plus. Les CFF soulignent que les voyageurs de première classe profitent d'un confort et de prestations supplémentaires, qui ont un coût.

Hausses futures

Les hausses de tarif sont la condition pour que le réseau de transports publics en Suisse conserve la même qualité à l'avenir malgré une augmentation massive du nombre d'usagers, martèlent les CFF et l'UTP. Les CFF soulignent ainsi qu'ils remplaceront 90'000 places assises et en créeront 110'000 nouvelles d'ici à 2030, alors qu'ils disposent à l'heure actuelle de 290'000 places.

Pour cette raison, il est clair que des hausses de prix seront encore nécessaires à l'avenir, rappellent les CFF, sans avancer aucun chiffre. «Nous travaillons à une stratégie à moyen terme, afin de déterminer les hausses futures et pour savoir à partir de quand une stabilisation des prix sera possible», explique Ueli Stückelberger, directeur de l'UTP. Celle-ci devrait être présentée cet été.

Pour l'heure cependant, aucun plan n'est encore établi. Les hausses annoncées pour décembre prochain correspondent donc aux besoins constatés, ajoute Jeannine Pilloud, responsable de la division voyageurs des CFF. «Nous n'avons pas voulu faire de réserves».

Tendance générale

La hausse du prix des transports pour les usagers fait les gros titres depuis le début de l'année. La conseillère fédérale Doris Leuthard a notamment annoncé en janvier des mesures pour assurer le financement des infrastructures du rail et de la route.

En mars, le directeur de l'Office fédéral des transports Peter Flüglistaler a évoqué une hausse du prix des billets de train de 15 à 20% sur dix ans. (ats)

Réactions

L'Association transports et environnement (ATE) juge «excessive» l'augmentation de prix des abonnements généraux et «doute du bien-fondé» de la hausse de près de 30% de l'abonnement «Voie 7». Elle exhorte les CFF et les entreprises de transport à revoir leur politique tarifaire.

La hausse de 100 francs prévue sur l'abonnement général 2e classe, couplée à la hausse de 200 francs intervenue l'an passé équivaudrait à une augmentation de 10% en deux ans, estime l'ATE, qui juge cela «inacceptable» dans un communiqué publié mardi. «Une telle hausse est parfaitement disproportionnée par rapport au renchérissement et est très discutable en termes de politique environnementale», ajoute-t-elle.

Quant à l'augmentation massive du prix de la «voie 7» destinée aux 16-25 ans, l'association estime qu'il «serait plus pertinent de donner des signaux positifs à ces clients potentiels de demain». Selon elle, il est «inévitable» que de nombreux pendulaires vont à nouveau préférer la voiture aux train.

Malgré ces doléances, l'ATE juge les adaptations tarifaires annoncées par les CFF et l'Union des transports publics (UTP) «plutôt modérées» dans l'ensemble. Elle trouve qu'une hausse moyenne de 1,5% est «acceptable».

De son côté, l'association faîtière des milieux économiques, economiesuisse, estime que ces hausses ne constituent qu'une «contribution insuffisante» au financement du rail. Selon elle, les augmentations des dix dernières années ont tout juste équilibré l'effet de renchérissement. Elle recommande donc d'augmenter la contribution des usagers.

Le surveillant des prix, Stefan Meierhans, a pour sa part «pris connaissance» des hausses annoncées. Il refuse toutefois de se prononcer avant le vote de l'UTP à ce sujet. Celui-ci n'aura pas lieu avant un mois.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!