28.12.2019 à 11:01

Suisse

Voile autorisé au guichet de la Poste et des CFF

Les employés du géant jaune et des CFF peuvent porter le foulard lorsqu'ils travaillent au comptoir. Une situation qui dérange le politicien UDC, Hermann Lei.

Dans certains cantons,comme Genève, la loi impose de choisir entre foulard et emploi. (Photo: iStock)

Dans certains cantons,comme Genève, la loi impose de choisir entre foulard et emploi. (Photo: iStock)

Dans une des succursales de la Poste en Suisse orientale, les clients peuvent apercevoir une femme portant un foulard derrière un guichet. «Nous avons autorisé l'employé en question à porter un foulard au travail», confirme la Poste à la rédaction de CH Media. Le géant jaune justifie sa décision en raison du «droit constitutionnel de préserver la liberté de croyance et de conscience». «Le facteur décisif dans l'embauche d'une personne n'est pas sa foi ou le port du foulard qui lui est associé, mais son aptitude à la fonction en question», explique son porte-parole François Furer.

«L'oppression de la femme»

Hermann Lei, avocat et politicien thurgovien n'apprécie guère la réglementation du service postal: «Le foulard n'est pas un symbole religieux. Il représente l'oppression de la femme». Une société privée est autorisée à faire ce qu'elle veut.« La poste a une mission d'Etat» s'insurge le conseiller cantonal UDC. Mais le géant jaune voit les choses différemment. Pour son porte-parole, «cette attitude est un engagement en faveur de l'égalité des chances et de la tolérance envers les autres cultures et religions.»

Même son de cloche du côté des CFF, où le personnel peut lui aussi servir les clients tout en portant le voile. Cependant, l'apparence doit être uniforme, c'est-à-dire que le foulard doit correspondre à la couleur de l'uniforme.

Disparités cantonales

Dans les hôpitaux de Soleure, les femmes musulmanes portent un foulard blanc, qui est étiqueté avec leur nom. Les foulards sont également autorisés à l'Université de Bâle - à condition que le visage reste visible. Mais les règles ne sont pas aussi libérales partout. Dans le canton de Genève, il est interdit de porter un foulard - ou d'autres symboles religieux - dans la fonction publique, ce qui comprend notamment, les crèches, les écoles, le parascolaire et les Hôpitaux universitaires genevois (HUG).

A Neuchâtel, autre canton laïc, l'approche des services publics est différente. Le port du voile y est par exemple autorisé chez les employées du parascolaire.

Chez certains grands détaillants suisses, le code vestimentaire est également clairement réglementé. Chez Coop et Migros, par exemple, le port du voile n'est pas autorisé dans le secteur de la vente, car il ne rentre pas dans le cadre de l'uniforme.

«Il y a encore un long chemin à parcourir»

Önder Günes de la Fédération des organisations faîtières islamiques de Suisse est satisfait des réglementations libérales telles que celles de la Poste: «La compétence doit décider si quelqu'un obtient un emploi, pas les vêtements.» Cependant, la réalité est autre. «Même si l'on n'en parle pas, celui qui porte le foulard a beaucoup moins de chances de décrocher un emploi», confie-t-il. Önder Günes rêve que «les gens ne se retournent plus» lorsqu'ils voient un foulard. «Mais il y a encore un long chemin à parcourir.»

(20 minutes)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!