03.09.2020 à 18:56

ZurichVoisin de l’hôpital, il porte plainte pour les cris des femmes qui accouchent

Un riverain a obtenu gain de cause: l’hôpital ne pourra plus ouvrir les fenêtres de la maternité pendant l’été et installera la climatisation.

de
ywe
La limite du soutenable a été dépassée pour ce Zurichois.

La limite du soutenable a été dépassée pour ce Zurichois.

Tamedia/Doris Fanconi

Elles ont beau crier en plein travail pour donner la vie, leurs cris n’auront pas trouvé grâce aux oreilles d’un habitant de la très huppée Goldküste au bord du lac de Zurich. En été, la maternité ouvre les fenêtres pour ventiler les chambres où s’activent les parturientes, et ce riverain n’en a plus pu: il a porté plainte contre l’hôpital de la commune de Männedorf (ZH), comme le relate le «Zürichsee-Zeitung». Et il a gagné: la porte-parole de l’hôpital a confirmé que les fenêtres ne seraient à l’avenir plus ouvertes et que la climatisation serait installée. Les autres détails de la plainte du bonhomme sont tus.

Comme un concert de rock

Interrogée par le journal alémanique, la présidente de la Fédération suisse des sages-femmes adopte un langage très diplomatique: elle «comprend» que le bruit émis par les futures mères puisse déranger. Mais tout de même. «Vous ne pouvez quand même pas dire à une femme de se taire!» déplore-t-elle.

D’autant que, si l’on en croit une étude suédoise, les voisins des hôpitaux sont loin d’être aux premières loges: les sages-femmes, justement, sont elles-mêmes confrontées à des émissions sonores qui dépassent parfois les seuils critiques de la douleur. Des mesures entre 80 décibels (plus fort qu’une tondeuse à gazon) et 115 décibels (comme un concert de rock) ont pu être relevées dans le cadre de cette étude, qui indiquait que plus de la moitié des sages-femmes souffraient de dommages auditifs causés par le bruit pendant leur carrière. Celles-ci ne seraient donc pas loin de dire que le riverain aux oreilles sensibles aux accouchements peut aller se recoucher.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!