Actualisé 20.05.2016 à 05:27

Avion disparu

Vol MH370: des recherches closes en août

L'Australie pourrait abandonner les efforts, qui n'ont presque rien donné.

1 / 147
Des objets «probablement fabriqués par l'homme» ont été repérés près du site du crash supposé du vol MH370, dans l'océan Indien, peu après sa disparition. Des scientifiques australiens l'ont révélé mercredi, plus de six mois après la fin des recherches. (Mercredi 16 août 2017)

Des objets «probablement fabriqués par l'homme» ont été repérés près du site du crash supposé du vol MH370, dans l'océan Indien, peu après sa disparition. Des scientifiques australiens l'ont révélé mercredi, plus de six mois après la fin des recherches. (Mercredi 16 août 2017)

kein Anbieter/AP
Dans cette photo d'archives, on voit un officier de l'armée de l'air australienne scruter la surface de l'océan Indien. Les autorités australiennes, chinoises et malaisiennes ont annoncé que les recherches sous-marines étaient suspendues. (mardi 17 janvier 2017)

Dans cette photo d'archives, on voit un officier de l'armée de l'air australienne scruter la surface de l'océan Indien. Les autorités australiennes, chinoises et malaisiennes ont annoncé que les recherches sous-marines étaient suspendues. (mardi 17 janvier 2017)

Keystone/AP
Les proches des passagers ont annoncé samedi leur intention d'entreprendre eux-mêmes des recherches. (Samedi 3 décembre 2016)

Les proches des passagers ont annoncé samedi leur intention d'entreprendre eux-mêmes des recherches. (Samedi 3 décembre 2016)

kein Anbieter

La vaste campagne de recherches menée sous la houlette de l'Australie pour retrouver le MH370, vol disparu de Malaysia Airlines, dans le sud de l'océan Indien devrait être achevée au début août, a annoncé vendredi Canberra.

Seuls quelques débris de l'appareil ont été retrouvés.

Moins de 15'000 kilomètres carrés restent à passer au crible sur une zone de 120'000 k2 déterminée au large des côtes ouest de l'Australie, où l'avion se serait abîmé.

Le chef du bureau australien chargé de la sécurité des transports a déclaré que rien n'indiquait que la zone serait élargie. «Techniquement, il est possible de poursuivre les recherches, mais du point de vue des ressources, cela dépend du gouvernement», a-t-il ajouté.

Le Boeing 777 s'était volatilisé le 8 mars 2014 peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin, avec 239 personnes à bord. Les circonstances et le lieu de la disparition de l'appareil demeurent un mystère.

Les espoirs s'amenuisent

Un débris retrouvé en juillet 2015 sur l'île française de La Réunion a été identifié comme appartenant à l'appareil disparu. Quatre autres fragments découverts en Afrique du Sud, au Mozambique et à Maurice, dans l'océan Indien, ont été identifiés avec une «quasi-certitude» comme provenant du MH370.

Mais les espoirs de retrouver l'appareil s'amenuisent. «A ce moment, le niveau de confiance diminue quant à notre capacité à retrouver l'avion», a reconnu le responsable.

La disparition de l'appareil de Malaysia Airlines reste l'une des plus grandes énigmes de l'aviation civile.

Australie, Malaisie et Chine - trois des quatre pays ayant perdu le plus de ressortissants dans cette disparition - étaient convenus de mettre fin à la campagne une fois que la zone de recherche aurait été parcourue, si aucun indice n'était découvert. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!